Wendy Suzuki - chronique de Florence Servan Schreiber pour Psychologie Positive

Pourquoi bouger son cerveau ?

Chronique Psychologie positive Magazine
Laisser un commentaire 3

Wendy Suzuki [1] a deux casquettes : chercheuse de jour et femme à temps plein. Dans son laboratoire, elle se passionne depuis des années pour les liens entre l’exercice physique et le cerveau, étudiant en quoi un effort cardiovasculaire influence l’humeur et la mémoire. Mais dans la vie, elle s’ennuyait : peu d’amis, pas d’amour et petite forme.

Alors elle a décidé de s’y mettre

En testant elle-même les hypothèses de ses recherches. Si le cerveau et la vitalité des souris se développe dans un environnement enrichi, quel serait le sort du sien dans une salle de sport ? Mais Wendy ne s’est pas satisfaite d’un tapis de course. Elle s’est inscrite à un cours d’Intensati©. Mélange américain d’exercice aérobic et d’affirmations positives prononcées tout au long de la séance : « Je suis fort(e) » « Chaque jour, je co-crée ma réalité » « J’éprouve de la gratitude » « Je suis vivant(e) », etc.

Musique déchaînée, transpiration assurée et éclats de voix dans la salle, grâce à cet environnement très enrichi, son corps s’est reconnecté à son esprit. Perte de poids, motivation et concentration se sont accélérées, redirigeant ses recherches sur l’effet du sport en salle sur notre bien-être.

Wendy dit que sa vie a changé

Elle qui n’avait de temps pour rien s’entraîne désormais 5h par semaine. Presque tous les matins. Plus elle s’agite, mieux elle travaille et résiste au stress de son métier. Sa vie sociale a progressé en densité et en authenticité. En reprenant la main, elle a gagné en confiance et en attachement. Elle a même pris goût à dire à ses parents qu’elle les aimait. Elle fait désormais jouer ses neurones. Par le sport, en exprimant sa gratitude, en détectant les bénéfices de sa vie, en faisant des choses pour la première fois et en parlant Français dès qu’elle le peut.

Alors Wendy, que dit la science ?

L’exercice physique améliore notre humeur et nos capacités cognitives à long terme. Mais pour réponde à la question que tout le monde lui pose : «  quelle durée pour quels effets ? », espérant une prescription minimum pour un effet maximum, Wendy cherche encore car rien ne lui aura apporté autant de vie que d’avoir réveillé son corps et elle est bien déterminée à le quantifier pour mieux savoir nous y encourager.

 


[1] Professeure de Neuro sciences à l’université de New York, auteure de Bouge ton cerveau, Marabout 2016

Continuer sur Psychologie Positive Magazine

A lire aussi

Madame Kif

Ce n’est pas moi qui m’appelle ainsi, mais Laurence du magazine Esprit Yoga. Je réponds avec plaisir à ses ...

Marinade de corps

Je suis enduite d’huile de sésame. Oui, mais bio. Tout de même. Bon, ça n’est pas exactement ce que ...

10 jours sans manger - jours 9 & 10

10 jours sans manger – jours 9 & 10

Hier je n’ai pas pu écrire. Je suis tombée de sommeil, enfin ! La digestion reprend ses droits et ...

3 commentaires sur “Pourquoi bouger son cerveau ?”

  • Eliane dit :

    Bonjour Florence
    Connaissez-vous des vidéos en français sur l’IntenSati?
    Merci!

  • Marilou dit :

    Super cet article, ça donne envie de se bouger encore et encore !
    Savez vous si l’intensati sera bientot disponible en France ? J?aimerais beaucoup essayer

    • Florence dit :

      Pour l’instant, vous trouverez surtout des vidéos sur l’intensati… Je n’ai pas entendu parler de cours en France !

Commenter