Vos questions à Christophe André

Article
Laisser un commentaire 14

Vendredi 20 mars 2015, j’aurai la joie d’interviewer Christophe André au Salon du Livre de Paris, en public.Le thème de notre rencontre est : Le bonheur ne tombe pas tout cru dans la bouche des enfants.

Me donneriez vous un coup de main ? En nous disant ici quelles sont les questions que vous lui poseriez à propos de l’éducation au bonheur, particulièrement pour les jeunes.

J’élargirai ainsi le champ des questions que je lui poserai bien volontiers et nous danserons en pleine psychologie positive. C’est LE sujet tendance de ces trente derniers siècles : le bonheur. Comme le disait Woody Allen, « depuis qu’il sait qu’il est mortel, l’homme peine à être tout à fait décontracté ». Le psychiatre Christophe André, grand spécialiste du bonheur qui n’est pourtant pas né avec une cuillère de bonbons euphorisants dans la bouche, sera au Salon du livre pour nous enseigner à construire notre bonheur et celui de nos enfants sans attendre qu’on nous l’offre sur un plateau d’argent.Je me réjouis de ce tête à tête en public. Alors quitte à être nombreux, autant répondre à nos interrogations les plus larges.

Pour assister à notre rencontre : Salon du livre de Paris

Les détails : Salle Nota Bene, de 18h à 19h

Christophe André vient y présenter son nouveau livre : Qui nous fera voir le bonheur ?

Merci pour votre aide précieuse.

A lire aussi

Florence Servan-Schreiber ou l'art de réinventer sa vie

Business Féminin

Nous avons toutes rêvé un jour ou l’autre de changer de vie, de job, en un mot de nous ...

L’amitié en 2014

Demain, je vais rentrer d’un voyage extra-ordinaire. Le Dalai Lama nous recommande de visiter chaque année,  un endroit que ...

l'élégance

Simplicité ingénieuse

C’est l’une des définition de l’élégance. Elle résume si bien ce que nous faisons ces jours-ci en portant des ...

14 commentaires sur “Vos questions à Christophe André”

  • FONTAINE dit :

    Bonjour
    Je souhaite rencontrer Christophe ANDRE je pratique le yoa et la méditation depuis 40ans j’ai toujours essayé de mettre en place cette pratique à Ste Anne ou j’ai travaillé comme infirmiére chez le Pr SOULAIRAC et jamais cela n’a été possible. Je souhaite discuter avec lui de la synthèse de mes recherches et peut-etre travailler avec lui sur les recherches dans le domaine du yoga et la méditation:
    Cordialement
    Marie
    0630 07 4904

  • Florence Servan-Schreiber dit :

    Merci pour toutes ces questions. Alors que je prépare mon pense-bête pour l’entretien, j’ai oublié de vous préciser que nous laisserons aussi de la place pour les questions de la salle. Donc, avec une heure de fin draconienne, nous allons faire du mieux que nous pourrons.
    Merci pour cet éclairage sur vos préoccupations.
    Je penserai à vous de là bas.

  • DIE dit :

    Bonjour Florence et Christophe,

    En fait, je ne pourrai pas venir assister à votre rencontre ce soir…car je vais à l’ouverture du salon de l’optimisme avec mon amie ! Il faut faire des choix parfois…
    Enfin, demain, j’espère pouvoir rencontrer Florence pour une dédicace et une demande. C’est là que Christophe ANDRE est aussi concerné : je suis membre d’une association petite enfance sur Gap (moi-même puéricultrice, directrice petite enfance) et nous lançons cette année un groupe de travail sur le plaisir et le bonheur au travail et dans le cadre de ce travail, nous souhaitions inviter Florence nous accompagner dans ce projet et donc peut-être aussi Christophe… qui sait ???

    Ce message n’est pas adapté dans ce cadre, mais l’occasion était trop tentante de pouvoir m’adresser à vous deux simultanément !!! Mais tout est vrai !

    Cordialement

  • Nadège dit :

    Bonjour Florence, Bonjour Christophe, Bonjour à toutes et à tous,

    Tout d’abord, je trouve que c’est une très belle initiative de votre part et qu’elle sera à nous aider. J’ai lu vos livres et ceux de Christophe.

    Ma question concerne le harcèlement scolaire à l’école. Comment un adulte peut il réussir à mieux grandir, évoluer et avoir confiance en soi tout en ayant subi des brimades et moqueries pendant sa jeune scolarité (école primaire jusqu’au lycée) de la part d’autres élèves mais également de certains professeurs.

    Il est très dur de pouvoir se construire ainsi et de faire confiance aux autres et à soi même. Le doute est constamment présent et on a peur d’être jugé!
    Sans compte la phonie de la prise de parole en public!

    Bien évidemment il s’agit de mon propre cas; mais je n’aimerais pas que cela se reproduise avec mes 2 petits garçons (6 et 8 ans).

    Pour une adulte avec une peur d’enfant…

    Merci énormément de nous aider :))

    Bonne journée!

  • Mary-Anne dit :

    Bonjour Florence,
    Tout d’abord merci de nous mettre à contribution pour ce tête à tête,qui sera bien entendu kiffant,pour nous comme pour vous.J’ai deux filles, bien dans leurs corps et leurs têtes,équilibrées,heureuses de vivre.Mais je me sens si désarmée quand ma cadette pleure avec moi au téléphone pour me dire qu’elle a reçue une réponse négative à un énième entretien d’embauche.Je ne trouve pas de mots pour cicatriser ses maux.Quand elle me dit  » maman j’ai bientôt 25 ans et je n’ai rien ».Ce à quoi je réponds « tu m’as moi,tu as la santé,tu as un toit,un lit bien douillet,ta sœur qui t’aime,tes amis,etc etc ».Alors comment lui prendre conscience qu’elle vit beaucoup de bonheur dans sa vie?Bien entendu,pour elle le bonheur ne se conjugue pas en étant à la charge des parents.
    Cordialement,
    Merci.

  • alexandra dit :

    Bonjour,
    Tout d’ abord bravo pour votre nouveau site qui est très clair, J adore la boite à outil!
    Pour en revenir à Christophe André j’ aimerai savoir comment amener les enfants vers la méditation (les miennes ont 8 et 11 ans)
    Merci

  • Nathalie dit :

    Merci Florence pour votre ouverture qui nous permet ainsi d’être proactif à ce salon du Livre et votre joie de vivre . Je la partage entièrement et je me réjouis de la transmettre dans mon métier de formatrice coach.
    Une situation me vient à l’esprit et j’aimerais la soumettre à Christophe André.
    Comment faire prendre conscience aux enfants mais aussi aux adultes (enseignants, parents, soignants) de l’importance d’aider un enfant à construire estime et confiance en lui ? Sans cela, il me semble difficile d’être heureux en tant qu’adulte…j’en reçois malheureusement de nombreux témoignages…et je rejoins en cela Valérie .!
    Nat, créatrice de légèreté

  • oops dit :

    Le bonheur est-il le même pour les enfants que pour les adultes ?
    Cette question peut vous paraître étrange, mais j’ai 3 filles de 5 semaines, 2,5 ans et 4ans, et c’est vraiment un sujet d’interrogation.

    En effet, les enfants sont psychologiquement immatures, donc différents des adultes. Ce qui est évident pour moi ne l ‘est pas forcément pour mes filles.

    On peut expérimenter chaque jour en tant que parent que dire à un enfant qu’on l’aime ne sert pas à grand chose : pour eux il n’y a que des preuves d’amour. Si on refuse de jouer avec eux, voir si on se dispute, ils le vivent comme un rejet (d’où l’importance de la re-connexion après).

    En outre, je remarque souvent le regard que me lance l’une ou l’autre comme pour « valider » qu’elle a « raison » de rire. Ma cadette parvient même à l’exprimer clairement : « Je suis contente ; tu es contente que je suis contente, maman ? » (faute de conjugaison d’origine ! 🙂 )

    Bref, suis je souhaite évidement le bonheur de mes filles, mais qu’est-ce donc que le bonheur pour elles ?

    Bien sûr, les moments de joies sont clairement exprimés et très lisibles chez les enfants. Mais le bonheur a une autre dimension : on peut être heureux sans être dans l’explosion de joie, juste en étant bien, en harmonie avec soit-même. Ça me semble beaucoup plus compliqué à transmettre que de provoquer un fou-rire en faisant le pitre ou des chatouilles.

    Le bonheur peut-il seulement se transmettre ?

    • oops dit :

      oops, j’ai dû être interrompue (au hasard : par une tétée, une couche à changer…) : j’avais commencé à écrire le message plus haut, sans l’avoir terminé, et je le vois publié…

      Je recommence donc, en commençant par le début : bonjour… et merci !
      Merci votre nouveau site, et pour cette proposition.

      J’en profite pour compléter par une deuxième question :
      Y a-t-il une « alimentation du bonheur » ?

      Je remarque chez mes filles que trop de sucres raffinés ont effectivement un impact sur leur agressivité (les bonbons aux anniversaires des copines, c’est un petit plaisir sur le moment, mais des conséquences compliquées ensuite !). On a beau le savoir, c’est impressionnant de constater l’effet du remplacement des farines blanches par des farines complètes (idem pour les céréales, même les traditionnelle coquillettes !).

      Chez moi, je remarque surtout le changement dû à mon passage d’une alimentation omnivore à végétalienne (je devrais plutôt dire vegan, car c’est le fond de ma démarche). Je ne sais pas si c’est parce que ce régime me convient particulièrement bien (aucune carence pendant toute ma 3è grossesse, or les examens étaient plus nombreux et plus poussés par vigilance du corps médical sur ce point), et je le sens : outre ma forme physique et ma santé, je me sens plus sereine. Hasard ? Conséquence d’une plus grande cohérence entre mes aspirations et mon mode de vie ? Lien direct entre l’alimentation et le psychisme ?

  • Valérie dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup de donner la possibilité de formuler des questions à ce sujet au cœur de notre quotidien. Je saisis donc cette opportunité.
    J’aimerais savoir moi aussi comment aider convenablement mes enfants à aimer ce qu’il y a à apprécier quotidiennement,
    et j’aimerais également savoir comment aider mes enfants à réagir au mieux face aux réactions et aux remarques parfois si négatives voire affligeantes auxquelles ils peuvent se heurter au quotidien (leurs pairs à l’école, parfois les enseignants, ou même des soignants, aussi dramatique que cela puisse paraître).
    Merci beaucoup.

  • Flo dit :

    Psychologue, je suis très intéressée par les livres et la pratique de Christope André. Je fais de mon mieux pour les mettre en œuvre auprès des personnes que je rencontre dans le cadre de la pratique. Mais il est évident que je dois me former davantage encore. Pourrait-il nous conseiller une formation svp ? Merci beaucoup

  • Christine dit :

    Je rejoins également la personne précédente: quels sont les conseils pratiques pour permettre à nos enfants de saisir le bonheur? Que mettre en place pour qu’ils voient toutes les belles choses qui les entourent?
    Merci beaucoup à vous pour tous vos livres qui sont dans ma bibliothèque et me nourrissent au quotidien!

  • AGUILAR dit :

    Bonjour !
    Je souhaite tout d’abord vous remercier pour votre ouverture d’esprit, votre originalité, votre écoute et votre générosité…
    Je suis très sensible aux messages de Christophe André de part leur profondeur et leur simplicité. Je suis maman d’une petite fille de 5 ans et j’essaie de lui transmettre une conscience plus juste et plus positive de la vie. Malgré les épreuves que j’ai du traverser…Quel serait le 1er conseil ou pratique essentielle que vous nous suggérerez ?
    Je vous remercie et vous souhaite un bon salon du livre…
    Julia

  • Laurence BAHON dit :

    Bonjour,
    Un beau début de journée, avec cette proposition alléchante…
    Et merci de penser à vos lecteurs pour poser aussi des questions à Christophe ANDRE, qui est lui aussi, très inspirant. D’ailleurs, ce thème du bonheur pour les jeunes vient à point nommé, en pleine crise d’adolescence de ma fille, et, je l’avoue, étant un peu désarmée.
    Ma question serait donc : comment aider les jeunes à prendre conscience que la vie est belle, que le bonheur est là, à portée de main ? Comment les aider à prendre conscience de la beauté de la vie, mais aussi pour qu’ils soient reconnaissants envers ce qu’ils ont et ne pas uniquement penser à ce qu’ils n’ont pas ?
    Je suis aussi consciente que mes difficultés à communiquer avec ma fille sont un vrai obstacle.
    Je vous souhaite un beau dimanche ! Cordialement

Commenter