Serigraphie Persévérance face à l’absurdité, par James Joyce

Persévérer face à l’absurdité

Article
Laisser un commentaire

Je me suis fait un cadeau. Je suis tombée sur cette sérigraphie dans une expo et deux choses m’ont plu. L’oeuvre elle-même, et son titre : Persévérance face à l’absurdité, par James Joyce. Ce smiley déconfit m’a tapé dans l’oeil. J’y ai vu un morceau de moi-même que je connais bien. Vous le savez peut-être, si vous lisez mes livres ou traînez dans notre désormais spectacle, la persévérance n’est pas mon fort. S’accrocher pour se cramponner ne me réussit pas. Et pourtant. J’en soulève, de sacrées montagnes. Lorsque j’écrivais Power Patate, j’ai appelé le bureau des forces de caractère, à Cincinnati, pour essayer de comprendre comment marchent ces qualités que nous avons en quantités diverses. Et me désolais, auprès du chercheur que j’interviewais, de mon manque d’assiduité.

« Mais, m’a-t-il répondu, même quand on possède très peu d’une force, on peut la convoquer dans des situations exceptionnelles. »

Malgré nous, parce qu’il le faut. Qu’il en va de notre survie ou tout du moins de la survie d’un projet auquel on tient de tout son corps. Alors là, les collines se ratatinent sous la puissance de notre intention. Et nous oublions que cela nous coûte. En fait, une toute petite force bien aiguillée commence elle-même à nous rapporter. Comment ça marche ? En s’assurant d’avoir des compensations qui expriment nos forces dominantes.

Par exemple, pour préparer la Fabrique à Kifs, voici comment j’ai survécu :

Une pièce demande des, et de la répétition(s). On dit et redit 100 fois la même chose. Et on recommence. Impossible de faire autrement. Il faut que tout rentre, les mots, les gestes, les pas de danse.

Mais, nous avons souvent changé de lieu de répétition. Ma curiosité pour ces nouveaux endroits et la déstabilisation qui s’en suivait m’a donné envie d’y aller : #curiosité.

Nous avons eu des fulgurances : l’une s’est mise à chanter, l’autre à tournoyer, la troisième à commenter. Nos imaginations venaient mettre le bazar. Le talent de la mise en scène était de nous faire essayer des choses et quand c’était bien, de le garder : #créativité.

Je me suis réfugiée dans le graphisme de notre décor :  choisi les couleurs à projeter et les chaises pour meubler. J’ai besoin de savoir que ça sera beau : #reconnaissancedelabeaute.

Nous nous sommes aimées. Toutes les quatre. Une chaleur concentrée, mutuellement admirative et bienveillante. Presque tout le monde débutait, nous avons formé un seul et même organisme vivant. On a ri, pleuré, eu froid, trop chaud, faim, et avons pris la pluie. Mais toujours ensemble : #amour.

Notre ambition n’avait ici rien d’absurde : moins de 30 jours slalomant entre des fériés et engagements en tous sens, pour monter un spectacle. La destination était claire. Car nous en avions formidablement envie. Nous étions alignées avec nous-mêmes et parfaitement rassemblées.

Je n’ai déballé mon tableau qu’au lendemain de la dernière représentation. Pour ne rien lâcher trop tôt et aussi un peu pour me récompenser, car là, vraiment, je me suis accrochée et ma toute petite persévérance ne m’a pas laissé tomber. Du coup, elle est repartie se coucher, mais nous a bien aidées à triompher. Et sur mon mur, je garde la trace de son soutien. MERCI !

 

 

A lire aussi

Sur le plateau de la Quotidienne de France 5

Sur le plateau de la Quotidienne de France 5, lundi dernier, nous avons parlé des secrets du bonheur. Comme ...

Les ateliers de l’automne

J’ai résisté, résisté, pour faire semblant de ne pas vraiment être rentrée, et puis j’ai craqué. Les dates des ...

Tour Eiffel aux couleurs belges

Avoir confiance, plutôt que peur

Ce 22 mars, à 8h du matin, les sensations sont remontées. Je ne sais pas pour vous, mais elles sont ...

Commenter