Dernier soir dans ma cuisine d’été. Les enceintes crachent une playlist tonique. Je reçois tout à l’heure l’ultime portion de ma famille encore en vacances.  Dans mes bocaux, des herbes, des épices, mes mélanges perso. Les tomates sont tigrées, charnues et sucrées. Je les ai déclinées sous toutes les formes possible, cette année : crues, cuites, entières, miniatures, en sauce, au four, au soleil, à l’huile, à l’endroit et à l’envers. Cuvée 2015 palmée.

Les figues de mon arbre ont muri dans la nuit. La vitesse à laquelle elles ont changé de couleur presque toutes ensemble me fascine. Les fourmis en quête de miettes ont disparu. Je me demande si le Mistral les a mises au chômage. Est-ce que quelqu’un sait s’il en est capable ? Ce soir, il est féroce. Où sont-elles passées ?

Cet instant est la conclusion rêvée de cette saison. Demain nous reprenons nos routes. Evidemment, je ne veux pas rentrer. J’aimerais étirer encore un peu le plaisir que j’ai à ouvrir les placards, laver les casseroles, cisailler les herbes, même laver la salade, que je déteste tant, va me manquer. Ici, elle est craquante.

Si je cherche les kifs de mes vacances, après la présence des miens, mes moments en cuisine arrivent très vite. J’AIME vraiment cuisiner, ici encore plus qu’ailleurs. Avec plus d’audace que de complexité. La nature provençale nous gorge de ses merveilles. Les bouquets d’herbes en sont de vrais, pas un assemblage de 5 brins sous plastique. Il y a de la matière qui fait pousser les ailes.

Evidemment, je ne veux pas rentrer. Mais un peu quand même. Car la cuisine va marquer ma rentrée. Le 2 Septembre, sort Dîner de Kifs. Le livre que j’ai précieusement mijoté. J’ai tant appris à la télé : cinq années à disserter sur la santé, puis cuisiner dans « Mes recettes qui font du bien » sur Cuisine Plus, que je ne pouvais plus résister.

Le pont entre le bonheur et la cuisine est si flagrant que j’ai voulu le raconter. Je m’y suis penchée et j’ai compilé certaines de mes recettes pour qu’on puisse manger ce que j’y décris. Ce livre a été mon préféré à écrire car j’ai cuisiné, collectionné, photographié et même filmé des petits bijoux que je vous montrerai bientôt.

Le magazine Elle est tombé sous le charme de mon objet. Elles m’ont fait promettre de les laisser être les premières à en parler. Après cela, je pourrai tout vous montrer. Ca sera vendredi prochain.

Evidement, ça donne envie de rentrer et de vous retrouver.

 

Retrouvez Diner De Kifs sur Facebook

 

A lire aussi

Florence Servan-Schreiber ou l’art de réinventer sa vie

L’art de réinventer sa vie

Nous avons toutes rêvé un jour ou l’autre de changer de vie, de job, en un mot de nous ...

Florence Servan-Schreiber Dîner de Kifs

Le Figaro Madame – Dîner de Kifs

Florence Servan-Schreiber : « La cuisine permet de lutter contre la déprime » Avec Dîner de kifs, un recueil de recettes ...

La Science du bonheur : un levier puissant pour entreprendre (sa vie)

Je suis la marraine du Hackathon de Led By Her, les 17 et 18 avril 2019. J’échange avec Ana-Clara pour Led ...

Un commentaire sur “Du kif au dîner”

  • Agoaye dit :

    Hâte de découvrir cet ouvrage… Même si je me dirige franchement vers un fexitarisme évident, je souhaite que mes repas soient aussi heureux que possible.

Commenter