Bouger pour s’épanouir

Chronique FRANCE MUTUELLE
Laisser un commentaire

Quel est votre sport de prédilection ? La marche, la gymnastique, le yoga, le vélo, ou plutôt le rien du tout ?  Nous allons ressortir une tenue souple du placard pour bouger. Modérément, activement ou complètement. Car si l’exercice physique fait du bien à notre corps, il est aussi excellent pour l’esprit et le moral. Les études se multiplient pour nous en convaincre, alors commençons par les bonnes nouvelles.

 

Bouger, augmente notre capacité de mémorisation, facilite l’apprentissage et nous permet de gagner en agilité sociale. Cela nous rend moralement plus résistants et peut prévenir des dépressions. Car lorsque nous bougeons, les efforts entrepris par nos muscles agissent sur le flux sanguin vers notre cerveau, en forçant de nouvelles connexions neuronales. C’est pour cela qu’en réintroduisant une routine « sportive » dans notre vie, en trois mois seulement, nous pouvons, à tout âge, augmenter notre capacité d’apprentissage et notre mémoire, de 30%. De plus en plus de professeurs placent ainsi les heures de gym avant celles des interrogations ou des contrôles, pour offrir à leurs élèves la meilleure agilité intellectuelle possible. Il vaut donc mieux aller se promener avant de commencer sa grille de mots croisés, qu’après. Les solutions nous apparaîtront plus facilement.

 

Le corps humain fonctionne comme une pharmacie de l’esprit. Ainsi, la sédentarité accentue l’anxiété et bouger le combat. Il est ainsi démontré qu’une activité physique, même modérée, réduit de moitié les risques de dépression. Et pour les patients déprimés, lorsqu’on compare les effets d’un traitement aux anti dépresseurs à ceux d’une routine physique respectée, le sport guérit aussi bien et protège mieux contre les rechutes.  L’activité musculaire est pour nous un rempart, un soutien, mais aussi un médecin.

 

Alors si cela est aussi puissant, pourquoi cela reste-t-il difficile de consacrer du temps à son corps ? Car dans la réalité, lorsqu’il s’agit de remettre un peu d’activité dans sa journée, notre premier réflexe est d’avoir la flemme.  Nous n’avons ni envie de nous lever plus tôt, ni d’y consacrer une heure précieuse. Lorsque nous avons perdu l’habitude de bouger, l’idée même de s’y mettre est associé aux circuits de douleur dans le cerveau. Et c’est ainsi qu’on se retourne pour se rendormir plutôt que de sortir marcher. Pourtant, tout comme nous avons pris l’habitude de ne plus bouger, nous pouvons créer un nouveau rituel de mouvement. Voici quelques conseils à respecter pour y parvenir avec succès.

 

Quelques conseils pour se mettre en mouvement

1 – Peu est mieux que pas : personne n’a besoin de viser de courir un Marathon pour se remettre à bouger. On commence par cinq minutes par jour, pour passer ensuite à dix minutes tous les deux jours, puis un quart d’heure trois fois par semaine, puis une demi-heure, trois fois par semaine, etc.

2 – Limiter ses ambitions : pour les atteindre avec succès. Il est alors plus facile de progresser. Si vous visez trop haut dès le démarrage, vous raccrocherez les crampons aussi rapidement.

3 – Être accompagné : rien de tel qu’un rendez-vous avec des amis, un professeur, ou d’autres participants, pour respecter le moment que l’on a prévu de consacrer à son corps. L’être humain est plus assidu lorsqu’il se sent astreint, redevable, ou encouragé. Sans compter le plaisir de se retrouver régulièrement.

4 – Choisir une activité que l’on aime : se promener dans la nature, nager ou marcher en ville ? Privilégiez ce qui vous fait envie pour éprouver la joie d’y retourner.

5 – Avoir un objectif : en étant le plus précis possible. Une habitude s’inscrit dans la régularité. Il est plus efficace de choisir de s’y mettre lundi, mercredi et samedi, que trois fois par semaine.

6 – Observer ses progrès : physiques, bien sûr, mais aussi psychologiques. Comment vous sentez-vous depuis l’introduction de cette routine ? Quels sont les bénéfices que vous en avez tiré, etc.

 

Mise en pratique prochains jours :

Quel chemin vous reste-t-il à parcourir pour pratiquer trois fois trente minutes de sport par semaine ? Cette posologie est le minimum conseillé pour permettre à votre esprit de profiter des bienfaits du mouvement. Choisissez alors l’activité la plus facile pour vous. Limiter les trajets, les abonnements ou des contraintes liées à un matériel spécifique.

Pour vous faciliter encore la tâche, assurez-vous qu’il ne vous faille pas plus de trois minutes de préparation pour vous y mettre (sortir les chaussures de marche du placard la veille, préparer le sac de piscine, repérer une vidéo de gym douce sur internet, etc.) Car notre seule volonté est bien fragile et trois minutes suffisent nous détourner de notre décision.

Et enfin, faites part de votre intention à quelqu’un qui pourra prendre des nouvelles de vos progrès. Car comme nous sommes tous un peu fiers, cela augmente nos chances de succès.

A lire aussi

Le carton

Colissimo a déposé chez moi un carton tout beige sous une étiquette avec mon adresse. Normal. Il est resté ...

La contagion de l’excitation #surprendresoncerveau

Dans 16 jours, c’est le grand soir : la conférence Surprendre son cerveau se tiendra pour la première fois ...

Elastique

Elasticité

Oops, j’ai raté hier, le 20 mars, la Journée Mondiale du Bonheur instaurée depuis l’an dernier par les Nations ...

Commenter