Des kifs contre le virus

Article
Laisser un commentaire 1

On nous avait prévenu·es

Muscler sa gratitude révèlera sa puissance dans les grandes instances. Quand une folie pareille frappe, on commence par l’essentiel. S’inquiéter, se protéger, se calfeutrer. Gérer, s’adapter, aussi. J’avais, vendredi dernier quitté Paris pour aller voter avec dans mon sac, un change et mon ordinateur. Le séjour devait être bref. Mon bureau et mon entreprise m’attendaient pour de grands lancements. 

Mais je n’y suis jamais retournée

J’ai ordonné la dispersion pour nous protéger, puis le président nous a interdit tout rassemblement. Voilà, la grande instance est arrivée. L’une de celles à laquelle mon naturel réagit par les scénarios les plus catastrophiques, des enchaînements de dominos maléfiques qui emportent la vie que nous avions, connaissions et aimions. Combien de fois avions-nous entendu qu’il nous faudrait, à nous, génération bénie par l’histoire, une bonne guerre pour comprendre le sens de la vie ? Les leçons dépasseront toutes les précédentes. Même les anciens qui ont vécu ces heures sombres sont ébahis par la sévérité de la sanction. Face au sans précédent, que faire en attendant ?

Et bien compter

Chaque jour, les raisons qui nous donnent envie d’obtempérer. De faire encore partie des épargné·es. De lister tout ce qui pourrait nous être retiré d’un seul coup du sort car une grande loterie vient de commencer. 

Je suis pétrie de difficultés, d’inquiétudes et de doutes. Et le soir, quand je referme mon ordinateur, et les nouvelles, quand je cesse de me débattre dans les sables mouvants et les obstacles d’un monde paralysé , bien qu’exténuée, avec les mien·nes nous comptons les bienfaits, les cadeaux, le précieux, le rigolo et les raisons d’y croire. Nous nous reconnectons à l’humanité gourmande et réjouie qui nous habite. En nous disant combien nous aimions tant ce qui était. Ce qui est. Une façon à tu et à toi de se dire qu’en fait, jusqu’ici, tout va bien. Un coucher de soleil partagé sur Facetime ou les vacances exigées par la planète ont aussi leurs bons côtés.

Oui, nous étions préparé·es, même si pour tout cela on n’est jamais vraiment prêt·es. Garçon, l’addition, s’il vous plaît. 

Et n’oubliez pas de dire MERCI.

Publié le 20 mars 2020

Étiquettes : , , ,

A lire aussi

10 jours sans manger – jour 6

J’ai un os de hanche dis-donc ! Ca faisait longtemps que je ne l’avais pas vu celui-là. Pendant un ...

La Grande Interview de Jean-Marc Sylvestre

Je suis reçue sur le plateau de la Grande Interview pour parler Psychologie positive. Nous sommes collectivement plus pessimistes, ...

Club sandwich

A toutes celles et ceux qui s’ennuient, doutent ou végètent, j’aimerais vous rassurer, car je crois, enfin, que l’on peut ...

Un commentaire sur “Des kifs contre le virus”

Commenter