La nature, ce psychotrope

Chronique Kaizen
Laisser un commentaire 2

Nous passons de plus en plus de temps à l’intérieur et en ligne. Pourtant, des études démontrent que la nature vient en aide à notre corps et notre esprit. Car elle impacte notre altruisme, notre bonheur, notre concentration et notre créativité. Ces découvertes militent donc à la fois pour la conservation des espaces naturels, mais aussi pour la nécessité d’y passer plus de temps. Notre santé physique et mentale en dépendrait.

Emerveillement

Les grands espaces, tout comme le miracle d’un plumage d’oiseau coloré, provoque chez nous de l’émerveillement. Une émotion qui nous donne la chair de poule et nous emplit d’humilité. La grande beauté naturelle crée en nous la sensation d’appartenir à un tout bien plus grand que notre personne. Des études organisées pour en déterminer les effets secondaires, ont validé le fait qu’éprouver du awe[1] nous rendait immédiatement plus altruiste, transformait notre perception du temps en l’amplifiant et actionnait notre solidarité.

Ressource

La variabilité cardiaque est l’un des indicateurs de notre niveau de stress. Plus elle est élevée, c’est-à-dire équilibrée, moins nous sommes stressés. Au cours d’une étude réalisée au Japon, on a demandé à deux groupes de marcheurs de se promener. Le premier en pleine forêt, le second au cœur de la ville. Les marcheurs portaient des capteurs qui leur mesuraient la tension, le pouls et la variabilité cardiaque. Ils devaient aussi répondre à un questionnaire portant sur leur humeur, niveaux de tension et autres mesures psychologiques.

A distance identique, les résultats ont révélé une tension bien plus basse et une variabilité bien plus haute chez les sujets arpentant les bois. Ils étaient aussi de meilleure humeur et plus sereins que les urbains. Et il suffit de se promener dans la nature pendant 20 minutes pour en retirer ces bénéfices.

Bactéries

L’impact de la nature sur notre cerveau est d’ailleurs tellement ancré, que de s’y exposer restaure également notre capacité d’attention dirigée, et donc d’apprentissage. La fatigue, tout comme une activité mentale soutenue, érode notre faculté d’application. On suspecte une bactérie[2] présente dans la terre d’influencer la sécrétion de sérotonine de nos cerveaux. Et la sérotonine joue à la fois sur notre humeur et sur notre agilité mentale. En 2012, une étude a démontré qu’en 4 jours de randonnée en sac à dos, on résolvait quatre fois plus de mots croisés qu’en restant chez soi.

Technologie

Mais ces bienfaits supposent quand même de profiter consciemment de notre environnement. Traverser un arboretum au téléphone, par exemple, ne nous apporte aucun de ces bénéfices secondaires. Alors que si nous cessons de multitâcher pendant quelques instants, en sortant dehors sans appareil ni autre activité, nous offrons des vacances à notre cortex préfrontal dont la surcharge entraîne épuisement, burnout et lassitude.

Les chercheurs tentent encore  de déterminer la durée idéale d’un séjour dehors pour nous restaurer. Mais le plus simple ne serait-il pas de sortir pour l’expérimenter par nous-même, et de prendre nos enfants par la main pour nous accompagner ?

 


[1] Mélange de respect et d’émerveillement, préfixe du mot anglais awesome.

[2] Mycobacterium vaccae

 

Continuer sur Kaizen

A lire aussi

1 ère signature

Ca n’est pas rien, le premier défilé de futures lectrices et de lecteurs à venir. La librairie La Cornaline ...

Qu’apprend-on dans les cours de bonheur ?

Echange avec Mooréa Lahalle pour le Figaro Madame sur l’engouement autour des cours de bonheur. 1200, c’est le nombre d’étudiants inscrits ...

Femme Actuelle – Hors série

Florence Servan-Schreiber, « chercheuse » en bonheur, formatrice en psychologie positive et auteure de Power Patate (éd. MArabout) a tenté l’aventure ...

2 commentaires sur “La nature, ce psychotrope”

  • Sylvia Rau dit :

    je fais du VTT tous les dimanches et puis depuis un an j’ai rajouté la marche au moins 1 fois par semaine et effectivement en forêt je suis légère, émerveillée de la nature, sereine et pleine de ces odeurs et couleurs nature.
    La nature rien de mieux pour vous remonter le moral.
    respirer souffler respirer c’est un de mes kifs réguliers..

  • Ladriere dit :

    En effet, je marche 3 fois 1 h par semaine en forêt le matin avant d’aller travailler et je me sens hyper sereine.
    Cela fait 7 ans que cela dure.
    L.annee dernière, je marchais du lundi au vendredi.
    J.adore sentir l.humus, regarder les couleurs de l.automne et discuter avec mes amies…
    Alors, tous en forêt.

Commenter