Toqué Frères : du street art positif

Toquée des frères Toqués

Chronique Psychologie Positive Magazine
Laisser un commentaire

Un soir de rangement, j’ai déposé sur mon trottoir une vieille petite armoire pour laquelle je n’avais plus d’espoir. Le lendemain, je l’y ai retrouvée transformée. Au feutre, et très appliqué, quelqu’un avait calligraphié sur sa porte : « Fais moi l’HUMOUR toute la NUIT« .

Immédiatement réconciliées, je l’ai réadoptée. Et le jeu de piste a commencé. Qui avait si joliment offert à ma vie une telle poésie ?  Sur Instagram, le coupable s’est dénoncé. Et je l’ai rencontré.

Colorer la ville pour l’embellir

Ce message ne m’était pas destiné, car les frères Toqué colorent la ville pour l’embellir.

Felix, crayonne, écrit, peint sur des supports libres ou abandonnés : étagères, murs, palissades ou au dos des bornes Relais pour donner ses vêtements. Sa vocation est de rechanter la cité. Marin, son frère, a le sens des couleurs et des paysages.

Des messages positifs

Alors ensemble, ils mettent leur talent au profit du positif, de l’humour et du beau. Déjà dans le choix des messages :

Joie

car Paix dit Aime

Confiance

Si tu te sens Belle alors t’es TOI

S’il vous plait, souriez au passage.

Ils ne seront jamais cyniques : la psychologie positive a trouvé ses artistes. Ils provoquent le bonheur de parisiens et des habitants de banlieue en apprenant à leurs enfants à peindre la mer sur les murs, avec la bénédiction des municipalités.

J’ai vu l’oeil de Félix friser devant un mur en friche. « Je dois trouver un mot à peindre ici. » Et bien j’en ai un à vous suggérer. De notre part à tous : MERCI.

A lire aussi

Etre plus heureux SANS effort : mon cadeau, pour vous !

La psychologie positive adore les cadeaux et moi aussi. Car nous savons qu’en faire est une source infinie de ...

White week end

Ce week end était bleu et blanc. Bleu du ciel et blanc des événements. La nuit blanche, hier soir, ...

A l’aide

Pour la faire courte, je me suis embarquée dans une aventure qui me met bien la pression. J’ai accepté ...

Commenter