Depuis ce matin, j’ai :

médité, créé un fichier client, imaginé la carte de voeux de 2013, acheté les enveloppes de toutes les couleurs, rempli le fichier client, trouvé du chocolat vert, dédicacé des livres déposés dans Paris, réglé des questions administratives inédites pour moi, gonflé un ballon à l’hélium d’une bonbonne vert pomme, me suis endettée, animé un atelier de pré fin du monde pour une bande d’amis, raté mon déjeuner livré froid et trop tard sous la pluie battante, nourrie du coup de rochers de l’ambassadeur, acheté la fin de mon entreprise, changé 3 fois de métro avec mon immense smiley volant, trouvé des cadeaux entre deux parlourdes et un « pain des amis », testé mon nouveau parapluie sans le perdre, loué une autolib, cuisiné le dîner, créé mon avatar sur la kinect X-Box je ne sais combien en agitant les bras seule dans mon salon (enfin, un peu cornaquée par une personne bien plus jeune que moi que j’aime tant, j’avoue), et le tout, sans me décoiffer. De toute la liste, c’est probablement ça la plus belle performance.

Je ne sais pas où vous en êtes, mais de ce côté là de la voie ferrée, ça sature.

 

Trop, trop vite

Tout le temps, tout en même temps. J’aime quand ça vit et quand ça vibre, mais je sens que le slow tout bientôt annoncé va me faire un bien fou.

Il est temps pour nous tous de lâcher, de remettre, de ne plus faire à tout prix pour que tout soit parfait. On verra bien, le monde ne va pas s’arrêter parce qu’on va faire un peu autre choses que ce que l’on fait d’habitude. Justement, il est temps d’en changer, de se habitudes. De faire autrement, même si on ne va pas ailleurs. Mes amis François et Arianne, passé Noël avec leurs 5 enfants, iront séjourner chez quelqu’un d’autre dans leur même ville. Sans responsabilité, enfants ou plans. Les americains appellent cela des staycations. On part en restant. Ce qui compte c’est de partir de sa vie, de se donner la vie de justement vivre autre chose.

157ème jour de taquet

Je crois que j’en suis au cent cinquante septième jour de taquet. J’ai soulevé des montagnes, me suis dépassée comme je n’osais pas imaginer que cela m’était possible. En septembre déjà je ne reconnaissais pas ma vie, mais là c’est carrément celle d’autrui. Et pourtant. Je m’y plais bien. J’aurai bien le temps, un jour d’être fatiguée. Pour le moment, j’ai simplement besoin de décrocher. De retrouver ma fille qui me fait l’amitié de rentrer, de digérer que mon aîné est si heureux à voyager sans que je puisse le renifler et de voir comment cela fait quand on accepte de se poser.

Demain c’est juste la fin du monde du surmenage. Ils sont perspicaces les mayas. Oui, le 21 décembre, nous changeons de rythme, les enfants sont en vacances, on commence à se diriger les uns vers les autres et à penser à ce qu’on va manger ensemble. Merci les gars de nous le rappeler. Concentrons nous sur les menus et l’air frais.

Assez agité, il faut maintenant se ressourcer !

 

A lire aussi

Day off

Je me suis sauvée. De tout. De ma vie en vraie. Un week-end en pleine semaine ! Car je ...

Une conférence pour fleurir

Je me réveille ce matin les yeux mi-clos. Une nuit n’a pas suffi à récupérer l’énergie déployée pour arriver ...

Pleine conscience garantie

Voilà 48h que je n’ai rien mangé. Rien est inexact, j’ai bu des liquides en pagaille, quand même, mais seulement des ...

4 commentaires sur “Voilà, ça va !”

  • Fabienne dit :

    Une visite ici pour découvrir tardivement (eh oui, je ne vous vois plus sur Twitter, ça me manque !!) un billet de presque surmenage.
    Mais voilà, Noël est passé, tout se calme un peu..
    C’est donc un joli lien de bonheur et de joies que je vous laisse,
    à vous, Florence, et toutes celles présentes ici (je n’oublie pas d’homme ? 😉
    pour cette nouvelle année qui s’annonce …
    http://favim.com/image/232082/
    Bon réveillon à toutes !

  • sadia dit :

    C’est très juste on médite, on respire calmement et ensuite on va a l ‘essentiel joyeux noel

  • Karine dit :

    On arrête le mode Apnée, on s’installe en mode Respire & ça fait du bien !
    Belles fêtes de Noël

  • joss dit :

    c’est très juste, parfois il faut savoir s’arrêter et juste accepter que tout ne soit pas parfait ou comme on l’avait prévu.
    et respirer un peu…
    bonne pause alors!

Commenter