Zero Blabla

Un conte de kifs zéro blala

Article
Laisser un commentaire

Je préfère les contes de kifs aux contes de fée. Ils finissent bien aussi, mais moins par magie que par appréciation réciproque et travail. En voici un.

Une marchande s’étiolait dans sa brocante. Les clients ne venaient plus autant qu’avant. L’ennui se cognait à  l’inquiétude. Pour faire passer le temps, elle agitait ses doigts : peinture, couture, customisation, réparation. Le fond du magasin est devenu son atelier. Elle y inventait des lumières. Mais les charges guettaient, prêtes à croquer les miettes qu’elle parvenait à rassembler et le panneau « A vendre » fut suspendu à la devanture.

Le lendemain une chineuse habituelle poussa la porte pour protester. « Quoi, mais comment, vous partez, vous fermez, vous nous lâchez ? » C’était leur vraie première conversation. La marchande n’est pas bavarde et la cliente timide. Il fallait ce cataclysme pour qu’elles puissent enfin se présenter.

La boutique a fermé. La marchande s’est exilée. La cliente avait besoin de mettre de la couleur dans une newsletter. Oui, les chineurs ont aussi des métiers. Elle a demandé à la marchande de lui faire des dessins. Défi relevé. Puis elles ont eu envie de les faire bouger. Re-défi, relevé. Un jour, elles ont partagé un déjeuner. La marchande a sorti de son sac un carnet de recettes entièrement dessinées. La cliente les a photographiées et envoyées à une amie qui a eu une idée. Elles se sont rencontrées.

Et voici ce que ça a donné. Aujourd’hui sortent en librairie 4 livres d’un coup, illustrés par l’ex-marchande qui s’est, elle aussi, relevée. On ne se souvenait pas d’avoir vu quelqu’un travailler avec tant d’application et de jubilation. Zéro blabla est une série de carnets qui vont à l’essentiel. Ils ressemblent de ce point de vue à leur illustratrice. Sans palabre inutile, de l’éclairage, des recettes et des couleurs pour apprendre à se faire du bien.

La cliente éprouve aujourd’hui un pincement de fierté pour le travail de la marchande devenue son amie. De la jubilation, aussi, face aux enchaînements de l’existence qui nous offrent de nouvelles chances. Oui, nous pouvons bouger, nous relever, apprendre, dominer la peur, faire confiance à l’extérieur et nous retrouver. Une seule chose à faire : dire oui, quand on nous fait des propositions. Même si on ne l’a jamais fait auparavant.

Si vous passez par ici, vous connaissez déjà Dom_A, et ses illustrations, car c’est elle qui met des couleurs dans mes newsletters.

Voici donc, sans autre blabla, les 4 exemplaires d’une longue série à venir.

 

 

A lire aussi

21 jours en robe

21è jour en robe

Voilà, nous y sommes. 21 jours, 21 tenues, 21 photos postées. Le défi est tenu Il a été très ...

Comment éviter le sentiment de ne pas « réussir son confinement » ?

Confrontés aux injonctions à faire du sport, à lire des livres et à regarder tous les classiques du cinéma, ...

Merci Audrey

On lave son linge sale en famille, je le sais et je m’y tiens. Mais exprimer sa gratitude fait ...

Commenter