Journée de lancement

Presse
Laisser un commentaire

Un livre vient au monde en plusieurs naissances. La première est lorsqu’on a terminé le texte, la seconde en validant la relecture, la troisième quand toutes les photos arrivent, la quatrième quand la maquette est prête, la cinquième quand l’imprimeur a fini, la sixième quand le carton monte dans un camion et la septième quand le carton est ouvert et que tout brillant, tout fier, le livre trouve son étagère.

Et là commencent les présentations : on  met sur sa route ceux qui vont l’accompagner  :

1. On le dédicace à la presse et à sa famille

2. On le pose sur la table d’un petit déjeuner pour les journalistes

3. On l’invite à dîner avec des blogueuses.

Ce sont donc ces derniers rituels que nous avons organisé cette semaine. Comme j’aime la théatralisation, j’ai eu envie de m’amuser. Tous les jouets m’ont accompagnée. Mes recettes ont été cuisinées par le Café Qee :

Banana bread, granola, pétillant de grenade, compote de fruits secs et Bomba pour les matinales.

Succotash, caviar d’avocat, riz vénéré, mousse à la banane et truffes choco peanut pout la soirée.

J’ai raconté le pourquoi du comment de qui et de quoi pendant la dégustation. Puis Sandra Mahut, la photographe inspirée de Dîner de Kifs nous a rejoint pour chacun crée le décor de ses photos : recettes, personnages, couleurs et compléments. #DinerdeKifs a crépité. Les jouets se sont autant amusés que les humains qui les manipulaient. Ce fut pour eux une longue journée.

Et pour nous aussi. Désormais, ce bébé là est bien né pour de vrai. Il est parti dès le lendemain trouver ses lecteurs dans des librairies. C’était un très joli jour de vie. Je me suis couchée éreintée mais heureuses que la magie, une fois de plus aie eu la gentillesse de nous porter et nous accompagner.

Publié le 11 septembre 2015

Étiquettes : , , , , , , ,

A lire aussi

La grace, Japon

La grâce

Journée bénie des Dieux Scotchée par la beauté de tout ce que j’ai vu.  Le raffinement nous vient de ...

Le Courrier de l’Ouest

Professeure de bonheur Le portrait. Florence Servan-Schreiber nous apprend à exploiter le meilleur de nous-mêmes. Par Yves Durand.  

Beatrice de la Boulaye et Chateau Brutal

Plus dur qu’il ne semble

Oh la la, la vie d’artiste, merci ! Mais que c’est difficile de faire des choses contraires à ses habitudes ...

Commenter