Effort et optimisme

Article
Laisser un commentaire 3

Je ne résiste pas à vous montrer la couverture très réussie de la revue Usbek et Rica que vous pouvez feuilleter ici. Cécile Colette, leur journaliste, est venue participer à un segment de mon Atelier d’inspiration au bonheur et raconte avec beaucoup de délicatesse son expérience parmi les autres. C’est difficile de décrire ce qui se passe dans un tel programme car on s’en fait une idée que la réalité surprendra forcément. Mais visiblement, il y a une part d’émotion et de simplicité qu’elle n’avait pas du tout anticipée.

Toujours réticente à ce que l’on vienne observer ce travail, je suis heureuse qu’elle se soit laissée porter par ce qu’elle avait à y gagner.

Double récompense pour moi aujourd’hui. L’atelier Créer son bonheur de la fin du mois de janvier est désormais complet. C’est la première fois qu’un atelier est complet avec 3 semaines d’avance.

Et je me dis ceci. Lorsque l’on n’est pas née optimiste, comme moi, il est difficile de croire que ce qu’on aime ne risque pas de disparaître d’un coup d’un seul et d’accepter de croire que les efforts peuvent pérenniser et même payer. J’ai souvent besoin de faits, comme dans toute bonne discussion d’optimisme, pour me convaincre de l’impact de mes efforts. Je vis comme quelqu’un qui a de la chance. Beaucoup de chance. Mais moins comme quelqu’un qui la produit. Or la chance n’existe pas. Les chercheurs d’Oxford l’ont démontré. Ce qui existe, c’est une capacité à s’emparer de ce qui passe dans nos vies et à les conduire à quai.

3 kifs par jour est paru il y a presque 2 ans. Le premier atelier a eu lieu 6 mois plus tard. Je goûte aujourd’hui à une sensation encourageante qui est celle d’avoir fait mon travail le mieux possible, à la hauteur de mes facultés et moyens, à mon rythme (pas toujours tendre) et que petit à petit, j’ai construit mon nid. Je ne suis pas en conduite accompagnée, c’est bien moi qui le tient, ce volant. J’adore les passagers qui m’accompagnent sur ce trajet, Véronique, Thomas, Agnès-Laure, Delphine, Clément, Geraldine, Stéphane, Anne-Sophie, Véronique, Natalie, Sophie et tous les talentueux bienveillants qui m’entourent.

Lundi c’est la rentrée. J’avais tellement besoin de lever le pied que c’est justement ça que j’ai fait. Et j’aime, ce soir, alors que je me prépare à le remettre au plancher, sentir un lien entre l’ardeur que je déploie et le soleil qui brille sur ma route.

Je le partage gaiement avec vous pour qu’il brille sur nous tous, surtout lorsque comme aujourd’hui, il a fait nuit à 15h30, et me réjouis, dès lundi, de reprendre ce voyage.

A lire aussi

Conférence : Supers pouvoirs en cuisine

Conférence : Supers pouvoirs en cuisine

Dimanche prochain, je réunis tout ce que j’aime faire d’un coup. L’expression de soi, et la cuisine. Car la ...

la-pensee-positive-une-entreprise-tres-lucrative

Le Monde : la pensée positive, une entreprise très lucrative

Dans cette époque prétendument morose, le bonheur est un marché porteur. Le concept séduit surtout les entreprises et leurs ...

Conférence/expérience à Paris :
Surprendre son cerveau

Venez assister à ma nouvelle conférence Par défaut, le cerveau est tout puissant sur le reste de notre organisme. ...

3 commentaires sur “Effort et optimisme”

  • @Hemmapil dit :

    Bonjour,
    Après avoir lu avec bonheur votre livre, j’ai bien l’intention de me rendre à votre prochaine session du samedi après-midi. En attendant, je voulais vous soumettre un article qui m’a beaucoup étonnée : il titre « On vit plus longtemps (et en meilleure santé) quand on est pessimiste »… un comble par rapport aux études que vous citez dans votre ouvrage et par rapport à « une sensation personnelle ». Ou alors un débat philosophique sur la « quantité » de vie et la « qualité » de vie… 😉
    Je vous joins le lien si cela vous intéresse… en attendant de découvrir peut-être votre avis.
    http://quoi.info/actualite-sante/2013/03/01/sante-pessimisme-optimisme-esperance-de-vie-2013-1161603/

  • Monique dit :

    Je me reconnais tellement dans vos propos « J’ai souvent besoin de faits, comme dans toute bonne discussion d’optimisme, pour me convaincre de l’impact de mes efforts. Je vis comme quelqu’un qui a de la chance. Beaucoup de chance. Mais moins comme quelqu’un qui la produit. Or la chance n’existe pas. Les chercheurs d’Oxford l’ont démontré. Ce qui existe, c’est une capacité à s’emparer de ce qui passe dans nos vies et à les conduire à quai »

    Je voudrai tellement m’en convaincre. Quels sont les ouvrages ou publications de ces chercheurs d’Oxford SVP ?

    Merci et bonne continuation car vous le valez bien car ce n’est pas de la chance mais bien VOTRE chance, celle que vous êtes allée chercher 🙂

  • lauyaelle dit :

    BOnjour,

    Merci pour ces petits bonheurs réguliers.
    Vous animez ces ateliers uniquement sur Paris ? Dommage, j’habite en campagne profonde de la Normandie, et j’aimerais tant avoir accès à ce genre de bonheur. Je fais mon parcours toute seule, dans mon coin, avec l’aide précieuse des livres, mais parfois, j’aimerais être aidée, encadrée dans mon parcours. Mais, ici, il n’y a rien qui soit mis en place à proximité.
    Bonne journée et belle et heureuse année.

Commenter