Etre passionnée par, ou pour ?

Etre passionnée, pour ou par

Chronique Clés
Laisser un commentaire

Je suis passionnée par le fonctionnement des êtres humains, mais j’ai une passion pour les cyclopes. Je suis passionnée par les aliments qui font du bien, mais j’ai une passion pour Bernard. Je suis passionnée par les rituels, mais j’ai une passion pour la nouveauté. Je suis passionnée par l’écriture, mais j’ai une passion pour les romans. Et ça n’a rien à voir. Car de romans, je n’écris point.

Etre passionnée par, m’indique que des informations, des pratiques ou des activités me nourrissent. Que lorsque je m’y plonge, je ne vois plus le temps passer. Ce par quoi je suis passionnée me donne envie de me lever le matin, et m’indique dans quelle direction faire pointer mes efforts. Je sais que si je traite de ces sujets ou ai l’occasion d’y activer ma curiosité, je vais probablement passer une bonne journée. La mécanique de mon cerveau sera huilée, concentrée et joyeuse de sa destination. Les tâches impliquées ne seront pas que faciles, mais elles me procureront une sensation de mouvement et de contrôle sur ma destinée.

Ma soif de comprendre et de progresser sera à son apogée.

Je sais que cela implique du travail. Mes frontières s’élargissent, alimentées par cette énergie. Ma soif de création y trouve son carburant. Etre passionnée par, me donne l’élan d’écrire des livres, de me lancer dans des projets difficiles, de voyager pour travailler. Mais aussi d’en profiter. De ne pas trop me presser pour que ça ne se termine pas trop tôt. De réaliser que de vivre ces moments est une chance et un cadeau.

Avoir une passion pour est une toute autre histoire. De celle qui m’empêcherait même de travailler. Car là, je ne contrôle plus rien. Je me rends à la sensation divine d’être dépassée et souvent impuissante. Face à un cyclope, un Bernard, une nouvelle adresse ou un roman, je suis prête à tout laisser tomber. Parce que certaines choses ont meilleur goût que tout. On craque. Présentez-moi une mono-pupille, mon cœur fait des bonds et me distrait de mes obligations, mais aussi de mes autres intérêts. C’est le désordre et le chaos.

Car dans cette liste-ci se trouve ce, mais aussi ceux, pour qui nous avons une passion. Des êtres qui provoquent le plus de nous, par le meilleur de leur douceur comme le pire de leur opposition. Une passion pour, nous rend immenses et tous petits. Nous vide et nous remplit. C’est celle qui se glisse dans nos interstices, sans que nous ne sachions l’expliquer. Elle n’a rien de raisonnable et est souvent inracontable. Saurait-on dire soi-même pourquoi elle nous plait tant ? Non. Un cyclope. Je ne sais pas l’expliquer. Mais dans les passions pour, se cachent nos muses et nos inspirations, nos élans et nos peines.

Alors, même si avoir une passion pour, nous promet des jours plus sombres, que ce soit pour ou par, la passion reste ma richesse. Un moteur dont je n’accepterai jamais de faire l’économie. Mon nid de créations, d’émotions et de relations à ressentir fortement, vraiment et surtout, passionnément. Parce que dans le fond, n’est-ce pas cela, être vivant ?

 

A lire aussi

On a tous des appétits

Je suis intervenue lors des Prix de l’Eco à Biarritz sur la thématique du bonheur au travail et de ...

Journée internationale du bonheur

Une journaliste m’a demandé hier à quoi servait une Journée Internationale du Bonheur. Excellente question. Une telle journée ne ...

Florence Servan-Schreiber ou l’art de réinventer sa vie

L’art de réinventer sa vie

Nous avons toutes rêvé un jour ou l’autre de changer de vie, de job, en un mot de nous ...

Commenter