Nous vivons plus en partageant. Tous. Que ce soit nos soucis, nos victoires, le récit de notre journée ou le plat que nous avons confectionné. Car c’est entouré des autres que nous ouvrons notre horizon.

Avec ses amis, on se sent courageux et aventurier, et en famille on se sent protégés. On s’invite pour se réunir à table, manger, boire, rire et se raconter. On aime se retrouver, car nous avons un besoin très simple : celui de partager.

L’être humain, cette créature sociale

Qu’il soit timide, extraverti, petit ou grand, l’être humain, est une créature hypersociale. C’est pour cela que nous vivons en société, que nous nous organisons en groupes, en familles, en équipes et en bandes. Pour nous sentir entourés.

Et quand on cherche à comprendre ce qui rend les gens heureux, on regarde tous les aspects de la vie : le soleil, les sous, la santé, tout, tout, tout. Et savez vous ce qui fait la différence entre les gens les plus heureux et les autres ? L’amour.

L’amour…

Les histoires d’amour, bien sûr, nous font beaucoup de bien, mais pas seulement. L’amour, aussi, de tous ceux qui nous entourent, avec lesquels nous vivons chaque jour: la famille, les amis, les collègues, les voisins, les passants, les commerçants, etc. Les études révèlent que plus nous faisons attention à nos relations, plus nous sommes satisfaits de notre vie.

Ça ne veut pas dire qu’il faut aimer tout le monde, mais que nous avons tout intérêt à appeler une amie pas vue depuis longtemps ou de donner des nouvelles aux uns et des autres.

Et pourtant, il semblerait qu’il y a cinquante ans, les français voyaient plus leurs amis que nous ne le faisons aujourd’hui.

Les moyens de communication ont changé et nos vies vont bien plus vite. Nous restons reliés, certes, mais sans nous voir, nous perdons le meilleur de l’inattendu.

Se retrouver, chaque jour

Au quotidien, prendre soin de ses relations est aussi simple que de créer des occasions de se retrouver. Un repas, une ballade, ou une conversation partagée sur le coin d’un comptoir nous permettent d’appartenir. Cuisiner et se régaler à plusieurs allient le plaisir au contact. Encore plus fort.

En France, nous avons de la chance, les repas assis demeurent une tradition bien ancrée, alors éteignons simplement la télévision en passant à table.

Une année qui commence est l’occasion de décider comment nous faire du bien. Alors, rappelons9nous qu’embrasser son conjoint le matin en partant et lui demander des nouvelles de sa journée le soir n’est pas une simple formalité.
C’est un partage de tendresse et d’attention. Alors, prenons des nouvelles de notre entourage, invitons des gens à la maison, cuisions ensemble, organisons de ballades et appelons nous plus souvent.

C’est bien d’une année comme cela, dont j’ai envie. Vous aussi ?

Étiquettes : , ,

A lire aussi

En cuisine avec Perla Servan-Schreiber

Perla Servan-Schreiber m’a, dans la vie, montré où était la cuisine. C’est en la rencontrant alors qu’elle intégrait notre ...

Je réponds à Béatrice Mabilon Bonfils

Sur mes bouleversements passés et pandémiques, la chanson qui me met en joie, et ma seconde région… Un podcast ...

sud-radio-capitale

La culture du bonheur sur Sud Radio Capitale

Le 16 janvier dernier, j’étais l’invitée d’Eric Morillot sur Sud Radio Capitale. Cette émission est consacrée à la culture. Nous avons évoqué le ...

Commenter