L’angoisse de la sauce

Article
Laisser un commentaire 2

Dans 10 jours, j’entre en cuisine pour cuisiner les mercis. La cuisine des mercis, chez nous consiste à préparer un festin :

un sacrifice animal

des féculents symphoniques

des chutneys colorés

des jus de raisin fermentés, avec et sans bulles

des créations chocolatées de la rue Blanche, introuvables par ailleurs

des kifs en pyramide

des larmes salées & sucrées, sèches & mouillées

et surtout, de la sauce.

C’est une affaire qui se prépare, car bien que tout à fait traditionnelle dans ma maison, je ne souffre guerre volontiers les répétitions et me penche donc, chaque année, sur un nouveau menu.

L’angoisse de la sauce

C’est ainsi que j’ai croisé le cri de l’angoisse de la sauce.

Dans le paragraphe d’introduction d’une recette de Rich Gravy, avec deux majuscules, je vous prie, on peut lire ceci : “la richesse de l’arôme d’une sauce réussie nous entraîne dans nos meilleurs souvenirs et nous inspire pour les célébrations à venir. Cette concoction, aussi simple qu’essentielle lors du repas, provoque l’anxiété des cuisinières et cuisiniers à travers tout le pays. Trop épaisse ou liquide, grumeleuse ou fade. Délivrez vous de cette angoisse en choisissant une recette qui vous mettra l’eau à la bouche.”

Et je réalise, en direct, à quel point cette dernière manipulation, alors que les viandes refroidissent est en effet source de tension et de concentration. Nous sommes une vingtaine autour de la table et oui, c’est LE liant préféré de tous. Qui permet à l’ensemble de trouver sa forme finale. De nous rendre petits et et vulnérables tant qu’elle n’est pas dans notre assiette. Qui légitime la purée, surtout.

C’est le clou, c’est tout.

Je ne m’étais encore pour elle jamais inquiétée. Et me voilà pressurisée. C’est malin.

Et ça tombe bien.

Car je vais la choisir ma recette imbattable et inratable. Comme ça, de ce point de vue là, au moins, je serai rassurée.

Et pour le reste, tout est à faire. Planifier, ravitailler, éplucher, transformer, assaisonner, dresser, bien entendu manger, puis surtout REMERCIER.

L’édition 2011 est lancée. C’est parti.

A lire aussi

Savoir apprécier le quotidien pour se sentir bien

La gratitude et le sentiment de reconnaissance auraient des effets positifs importants et durables sur le bien-être. S’il y ...

Clés parle du livre Dîner de Kifs

Dîner de Kifs dans Clés

Florence Servan-Schreiber nous invite à sa table ! Subtile mais simple, familière mais surprenante, sa cuisine positive prend soin ...

Vos questions à Christophe André

Vendredi 20 mars 2015, j’aurai la joie d’interviewer Christophe André au Salon du Livre de Paris, en public.Le thème de notre ...

2 commentaires sur “L’angoisse de la sauce”

  • Folavril dit :

    Je travaille juste à côté de la SACEM, rue Ballu, rue adjacente à la rue Blanche et je suis très intéressée par vos créations chocolatées de rue Blanche, où cela se trouve-t-il? 🙂

  • Milie Coquille dit :

    Ah oui ! !
    La sauce, le liant de tout le bonheur, la saveur qui réhausse ou détruit un plat…..
    En fait la sauce est à la viande ce que l’humeur est à la relation ! !
    Non ?????
    Mille mercis pour………tout
    Milie Coquille l’escargotte brodée……..

Commenter