Pour la pleine conscience, tourner à gauche

Pour la pleine conscience, tourner à gauche

Chronique Kaizen
Laisser un commentaire 1

Pleine conscience ! Pleine conscience ? Tout le monde en parle, mais personne ne parvient vraiment à nous l’expliquer. Un coup c’est une méditation, ou une thérapie, ou un mode de vie ou une mode tout court. On peut marcher, manger, respirer, s’habiller, faire l’amour ou vivre en pleine conscience.

Ses effets sont irréfutables car sa pratique réduit le stress, nous rend plus heureux et diminue même la douleur. Le programme d’apprentissage de méditation en pleine conscience conçu par Jon Kabat-Zin et enseigné dans les hôpitaux et en ville (Mindfulness based stress reduction), parvient à compense ce que les médicaments ne parviennent plus à faire. La pleine conscience est puissante.

Mais qu’est-ce que c’est ?

La combinaison d’une pratique ancestrale qui nous vient de l’ouest, explicable par les connaissances en neurosciences de l’ouest. Observons notre cerveau.

Le cerveau gauche (Maurice) interprète ce que scanne le cerveau droit (Camille). Quand Camille repère votre interlocuteur pianotant sur son écran, Maurice démarre : « il s’ennuie, donc ce que je dis n’est pas intéressant ». C’est son job. Essentiel pour trouver du sens. Et son explication constitue alors notre opinion.

Sauf que Maurice est parfois un gros mytho

Condamné à trouver une explication à tout, même si elle est inexacte, il invente ses propos. Mais sa carte n’est pas le territoire. Et nous oublions qu’il est là, tapi derrière nos émotions et réactions, en pilote invisible. C’est lui qui nous souffle « Si ça ne marche pas, ma vie est foutue » et « Tout est horrible », ou qui crée nos attentes d’une vie parfaite « Comment, il y a des bouchons ce matin (comme tous les matins) alors que j’ai besoin d’être à l’heure ? ».

Intervient alors le choix de la pleine conscience. Car l’anxiété et certaines dépressions proviennent des distorsions de Maurice. Lorsque nous repérons son stratagème, nous reprenons le pouvoir. Maurice est avec nous pour la vie, nous devons l’encadrer.

Recadrer Maurice !

Pour Sharon Salzberg (Apprentissage de la méditation, Belfond 2013), la pleine conscience ne consiste pas à éradiquer Maurice, mais à créer un espace autour de ce qu’il nous dit pour choisir de l’alimenter ou, au contraire, de le laisser s’évaporer. Car la voix qui nous habite est bien plus la sienne que la nôtre et nous pouvons l’aider à mieux choisir ses histoires.

En le recadrant : « Elle ne me déteste pas, elle est de mauvaise humeur aujourd’hui ».

En se concentrant sur les positif : trouver les 3 kifs de sa journée le soir oblige Maurice à s’y mettre aussi.

En redéfinissant les tâches : je ne suis pas en train de sortir la poubelle, je prépare mon espace de petit-déjeuner.

En s’engageant dans des actions qui comptent pour nous : je contribue à la vie des autres et j’en tire du plaisir, Maurice muscle alors sa clémence.

La pleine conscience est donc un mélange de perception, de réalisme, de recentrage, de pensées à lâcher ou à honorer, de lucidité de retour sur soi et d’un pas légèrement vers la droite. Est-ce ainsi plus clair ? Camille ne dit rien, Maurice fait la moue, et vous qu’en pensez-vous ?

 

Continuer sur Kaizen

 

A lire aussi

Frisson

C’est un email reçu tout à l’heure qui m’en a procuré la sensation. Il n’était ni amoureux, sexuel, ou ...

Le Rex, le rêve, le 17 février

Chacun son truc, son rêve, son totem. Le mien n’est ni l’Elysée, ni l’Olympia, mais est posé sur un ...

Vivre Autrement

J’étais invitée aujourd’hui à animer une conférence au salon Vivre Autrement qui se tient jusqu’à demain au Parc Floral ...

Un commentaire sur “Pour la pleine conscience, tourner à gauche”

Commenter