Chronique on a tous des super pouvoirs

On a tous des super pouvoirs

Chronique
Laisser un commentaire

Nous avons tous des super pouvoirs. Pourtant, un super pouvoir, ça n’a rien d’extraordinaire. C’est un trait de caractère parfaitement banal, à cela près, que c’est le nôtre. Et lorsque nous l’activons, nous fleurissons.

Nous, en mieux ?

Souvent, nous aimons imaginer une version améliorée de nous même. Elle exigerait alors d’être plus mince, plus patients, moins timide, ou tout autre chose que nous envions chez les autres. Persuadés qu’en nous modifiant, nous deviendrions alors, plus aimables, sereins ou reconnus.

Et si nous prenions les choses à l’envers et plutôt que de compter ce qui nous manque, nous recensions ce que nous sommes, comme nous le sommes, au naturel. Car chacun d’entre nous a des qualités personnelles qui ne demandent qu’à être activées : la gentillesse, l’imagination, l’hospitalité, la fiabilité, la précision, des capacités physiques ou des talents de cuisinier.

Nos caractéristiques, nos forces

Tous, nous possédons des caractéristiques que nous n’avons pas nécessairement apprises. Plus que de les avoir choisies, c’est comme si c’étaient elles qui nous avaient élues pour habiter à l’intérieur de nous. Mon amie Agnès-Laure par exemple, est d’une grande sensibilité à la beauté, rien ne lui échappe, la couleur d’un fard ou l’enchainement d’une musique. Son super pouvoir est de nous aider à les voir, les entendre ou les ressentir, à notre tour.

Delphine, elle, contribue sa précision aux rouages de la troupe. Nous laissant ainsi plus libres d’improviser ce qui ne peut être prévu. Audrey partage, propose et adoucit ce qui peut l’être, Christine sourit en toute circonstances. Un sourire qui vient de l’intérieur et de très profond. Elle nous rappelle que, quoi qu’il arrive, ça va aller.

Mais vivons nous seulement ces talents comme des pouvoirs ? Tant qu’on observe ses voisins, pour s’y comparer, on risque de passer à côté de ce qu’on a de meilleur à contribuer. Comme si nous n’avions pas de mérite puisque cela nous est si normal. Mais pourquoi tant se compliquer la vie ? S’apprécier n’est finalement pas si compliqué.

Identifier nos pouvoirs

Pour les identifier, il suffit de revivre certains de nos meilleurs moments, et lister quelles parties de nous nous avons activé.

C’est en faisant cet exercice que j’ai compris, enfin qu’une de mes bizarreries était une qualité.

Et plutôt que de me sentir différente et inadaptée, j’ai pu, petit à petit, apprivoiser ma fantaisie. Celle qui me donne envie, ici-même, de vous inciter à cuisiner un repas tout sucré.

Je l’ai fait récemment, je n’arrivais pas à me décider, entre deux desserts, alors j’ai choisi de ne pas choisir. Et d’en faire encore plus. Je me suis beaucoup amusée, mais à ma grande stupéfaction, mes invités ont finalement beaucoup apprécié. Aurais-je dû m’empêcher de tenter une telle expérience ?

Certainement pas, car il s’agit pour moi, alors, simplement d’être Florence. Et vous alors, quelles sont vos qualités qui soulignent vos contours, plutôt que de les étouffer ? Je vous en supplie, apprenez à les déployer. Car c’est grâce à elles que vous pourrez voler.

A lire aussi

Aujourd’hui, j’ai écrit un roman

Offert par sa femme pour Noël, Didier a participé à la toute première saison de Bloom, l’atelier d’écriture, en ...

7 ans de kifs : le chemin d’un succès

Le livre 3 kifs par jour est paru il y a 7 ans. C’est l’âge où on perd ses ...

L’éloge de la passoire : retrouver sa mémoire

Ce livre nous éclaire et nous indique par où passer pour retrouver la tête. Et si cela ne suffit ...

Commenter