CdB – 7 – Qui d’autre ?

Article
Laisser un commentaire 3

7 – Si une autre personne que vous méritait d’être champion-ne du bonheur,

ce serait qui, et pourquoi ?

Je réponds à la question 7 avant la 6. J’ai du mal avec l’ordre établi, sur la longueur. Et nous sommes le 21 avril. C’est le jour d’anniversaire, non plus de David Servan-Schreiber qui n’est plus, mais de sa naissance. Il a été emporté en juillet dernier, à l’âge de 50 ans. Il aura donc désormais toujours 50 ans pour moi et bientôt, je le rattraperai, puis, si Dieu le veut, j’entamerai mon second demi-siècle.

David, à sa manière a été un homme heureux.

Il y a un tas de domaines de sa vie qu’il gérait avec chaos, car il restait avant tout centré sur ce qui comptait le plus pour lui. Sa contribution aux autres. Si je devais le nommer champion du bonheur, ça ne serait pas dans la catégorie du bonheur quotidien mais dans celui du bonheur face à l’adversité extrême.

Lorsqu’il s’est su condamné, les choses sont allées relativement vite, à l’échelle d’une demi-vie. Un an et quelques jours pour sentir son corps diminuer, perdre son autonomie jour après jour, apprendre à compter sur les autres, absorber nos peurs et nos tristesses. Savez-vous ce qu’il a fait de toute cette spirale maudite ? Il en a profité à chaque seconde. Il ne s’est jamais plaint car il est resté cramponné au meilleur de tout cela.

La tendresse, la proximité, les petites victoires entre deux immenses fatigues. Il a accepté tout l’amour qu’il a reçu sans jamais se considérer malchanceux ou puni. Lorsque je lui rendais visite, nous nous disions au revoir du bout des lèvres, au cas où, mais ce qui comptait pour nous était de rire ensemble, de rester dans la vie et de profiter de la moindre gorgée de thé,  de se tenir par la main et de se souvenir de la peau douce de l’autre.

Mon amie Madeleine, veuve depuis peu m’a dit, vous savez, Florence, lorsqu’on pleure, on pleure sur soi. Je suis d’accord avec elle. Quand je pleure David, c’est ma peine que je laisse éclore, mais ça n’est pas le reflet de cette dernière année optimiste et positive que nous avons partagée malgré ces incroyables circonstances.

Alors oui, David est un champion, car lorsqu’il ne s’est plus agit de douter, il a choisi la vie, jusqu’à la dernière seconde et nous à tous appris à le faire avec lui.

 

Les champions du bonheur

A lire aussi

Concours Qee : gagnez une semaine de Yoga Coaching

Ça vous tente une semaine de Yoga coaching ?

Et si, pendant une semaine, tous les matins de 8h00 à 9h00, vous veniez prendre soin de vous ? ...

Prochains ateliers de bonheur

Voici donc les prochains ateliers que nous organisons :   Le samedi 11 octobre 2014 de 14 à 17 ...

France Inter

Ce matin, un bon moment de patates multiples. Invitée sur France Inter par André Manoukian et son équipe du ...

3 commentaires sur “CdB – 7 – Qui d’autre ?”

  • Albert dit :

    Quel beau témoignage d’une vie, parce que pour être dans un tel état d’esprit au moment de la fin, la vie de David n’a pu qu’être exemplaire.. et ne laisse certainement que de merveilleux souvenirs!
    Mon père s’est éteint en septembre dernier et me laisse le plus beau des souvenirs; sa vie a été marquée par des histoires dans sa famille de choses qu’il n’acceptait pas, ce qui a été très difficile à vivre pour sa famille..; quand il a décidé de couper court à tout ça, 50 ans plus tard, il ne parlait pas beaucoup, mais il avait la présence des personnes qui sont sorties des jugements et passés dans l’acceptation; il vivait intensément les petits moments et plaisirs simples de la vie.. quel exemple il devint!
    Ces 6 dernières années, il eût différentes opérations, dites de la dernière chance, mais il était toujours là luttant pour se maintenir, perte de la vue, perte de l’ouïe, réduction de la mobilité..
    Je l’ai veillé la nuit, lui ai chanté des chansons qu’il nous chantait quand nous étions petits, lui ai raconté les souvenirs marquants de nos vies.. lui ai dis: nous avons fini par nous accepter, nous comprendre et nous aimer! et au petit matin, il s’en est allé..
    J’étais heureux pour lui que ça soit fini, parce qu’il était clair que sa vie s’en allait, et que tout était accompli pour lui.
    Quand il est mort, j’étais très ému, mais en même temps, son esprit est si fort en moi que sa présence physique ne me manque pas beaucoup..

    Bien réussir sa sortie implique probablement d’avoir réussi sa vie, d’avoir ouvert son coeur aux autres, d’avoir fait ce que notre conscience nous indique de faire, parce que notre passage ici bas est fait dans un but très précis, qui ne nous est pas toujours très clair..

    Florence, je vous souhaite tout le bonheur possible, et sachez que l’esprit de nos chers défunts souffle toujours sur nos têtes, ils sont toujours avec nous pour nous indiquer le chemin!
    Joyeux anniversaire David, et une pensée à tous ceux qui nous attendent là-haut! (bien que je ne sois pas pressé!)

  • Florence Servan-Schreiber dit :

    Merci Elise, pour ces pensées. Et toutes les recherches sur le Oméga 3.

  • Elise St-André dit :

    Madame Florence…Quel beau texte, joli manière d’être à l’intérieur du souvenir des anniversaires. Je ne voulais pas oublier l’anniversaire de David, cette année. De mon lointain Québec, ou je participais à la recherche sur les oméga3, j’ai pu lui offrir mes bons voeux quelquefois, modestement, par internet, et j’espérais notre prochaine rencontre. C’est donc à vous que je penserais cette fois, pour vous offrir de gentilles pensées; les voeux d’anniversaire ne sont-ils pas autre chose que d’apprécier la présence physique du fêté parmi nous? Tiens, je fait double: je vous offre mes pensées, et j’offre à David, ou qu’il soit, mes voeux d’anniversaire, puisque je fut très heureuse de le connaître pendant sa vie physique…Bonne journée Dame Florence! Je vous souhaite du bonheur!! Joyeux anniversaire, David! Je te souhaite d’être heureux, ou que tu sois!
    et Merci, madame…

Commenter