10 jours sans manger - jour 5

10 jours sans manger – jour 7

Article
Laisser un commentaire 3

6h33 : Oh la la, il neige. Surprise digne de la nuit que je viens de passer. Montagnes russes, une fois de plus. Mais les cauchemars s’adoucissent, Thierry Ardisson (??), des gens nus dans mon salon, 2000 chaises dans notre cuisine. Ca va. Ni rupture amicale, ni transgression alimentaire. J’ai même pris du plaisir à pseudo dormir et j’ai retrouvé mon teint de caramel fleuri.

Dimanche pascal à Uberlingen.

Flocons, oeufs de pâques en bois, programme réduit au minimum. C’est mon dernier jour sans aucun aliment. Je vais le goûter chaque minute. J’espère même m’ennuyer pour être pressée de repasser de l’autre côté. Aujourd’hui, je prépare ma sortie d’Egypte, ma résurrection, et le retour du printemps dans ma bouche.

10 h oo :  J’ai une patate de canette secouée !!!! Je rentre de la salle de gym où j’ai cyclé d’éliptique en statique, soulevé tous les altères à portée de main. Mon I-pod est très vivant. Il m’a lancé d’office une compil techno de derrière les fagots que je ne savais même pas posséder. 1h30 d’agitation et de transpiration. Il y a un vrai plaisir à bouger plus léger. Tout semble facile. Je serais bien allée courir pour comparer avec ce que je connais le mieux, mais BLIZZARD NEIN DANKE. Je vois aussi mieux avec mes yeux. Quelle puissance.

12h00 : Privilège de savoir m’étonner de tout. Je me rends à l’apéro de Pâques. Jus d’herbe annoncé. Pour ses pouvoirs énergétiques, précisés. Nous voilà, impatients et gratifiés d’avoir un rab de liquide coloré. Regardez bien la photo ci-dessus. Voilà exactement ce que l’on m’a tendu. 3 cuillères à café d’un mélange de betteraves, carottes et gingembre assaisonné d’une demi cuillère à café de jus d’herbe. Joyeuses Pâques à vous aussi.

17h00 : Alors là, je suis ce qu’on appelle frigorifiée. Mes doigts sont blancs, mon nez est dur, mes os ont froid. La randonée s’est faite sous la neige. Pour qu’il neige, il faut qu’il fasse….froid. Heureuse quand même d’avoir rentabilisé” les deux doudounes que j’avais traînées jusqu’ici. l’effort s’est vu récompensé. Mais c’est un brulant des calories que nous nous réchauffons et souvent la digestion s’occupe de ça. Faire tourner la fournaise. Il y a donc deux options : retourner m’agiter, ou me ranger dans un placard chauffant car ici, il n’y a rien à manger.

20h30 : J’ai choisi le sauna. Me souvenir, la prochaine fois, que je n’aime vraiment pas ça, que j’y ai trop chaud et que l’eau froide, c’est non merci. J’ai beaucoup plus ri aujourd’hui. Nous nous connaissons mieux les uns les autres, mais surtout nous sommes de plus en plus légers. Ensemble aussi.

Le bourdon

Et ce soir, patatras, j’ai le bourdon. Celui qui donne les larmes aux yeux dans le dortoir d’une colo qu’on n’aime plus tout à coup. Je veux rentrer à la maison. Le dimanche soir, je suis programmée pour cuisiner et me régaler avec mes individus préférés. C’est ce manque là qui n’est pas dans le programme. Puis je reçois une mail de mon amie Françoise en train de perdre son papa de 101 ans. Elle me décrit sa paisible extinction comme un jeûne final. Le corps fait le travail qui se doit comme un fruit très mur a aussi l’instinct de lâcher sa branche. C’est très beau ce qu’elle me dit, bien plus que ce que je vous relate ici. Alors les émotions galopent. Mon caramel du matin se transforme en eau salée. J’ai envie, pourtant de m’y laisser couler. J’ai moi aussi des choses à évacuer. Mes intestins ne peuvent pas tout faire à ma place.

Vous écrire m’entoure. Merci de me lire.

Demain, je mange !!!! J’en aurai fini avec tous ces liquides. C’est ça, aussi, on noie plein de choses dans la boisson. La cuisine ici est fantastique. Et recommencer à manger offre une virginité inégalée : tout est neuf, mais rien ne fait peur et ici, c’est garanti, rien n’est dangereux.

Finissons avec une bonne nouvelle. J’ai une silhouette de sirène. Il m’en faut beaucoup pour le penser, mais là, j’avoue. C’est suffisamment rare et sympa pour oser le souligner.

 

Jour 6

A lire aussi

Planifier la Joie

Une conversation entre Julia Roberts, Michelle Obama et de jeunes vietnamien·ne·s balaie les conseils américains de ces dames que ...

Tour Eiffel aux couleurs belges

Avoir confiance, plutôt que peur

Ce 22 mars, à 8h du matin, les sensations sont remontées. Je ne sais pas pour vous, mais elles sont ...

La contagion de l’excitation #surprendresoncerveau

Dans 16 jours, c’est le grand soir : la conférence Surprendre son cerveau se tiendra pour la première fois ...

3 commentaires sur “10 jours sans manger – jour 7”

  • clerlaur dit :

    Bravo et merci de nous faire partager jour après jour votre aventure. Bonne chance pour la suite ! Félicitations.

  • dRoz dit :

    Bhou….Quel courage !..
    Joyeuses Pâques !

  • Chiche dit :

    Merci Florence pour ces belles lignes… J’ai suivi jour après jour ton voyage jeûne, j’aimerai tant avoir le courage de t’imiter!
    C’est bizarre de manquer de courage pour ce faire du bien. À méditer…
    Bon retour parmis nous.
    Je t’embrasse bien fort. Charlotte

Commenter