Réveil chiffon

Article
Laisser un commentaire 6

Ce matin n’est pas comme j’aime. Un oeil à peine ouvert, mon appli Facebook m’annonce que ma Pénélope a changé la photo de son profil. Evidement, je m’y rends. Et Boom !!!! La vague. Celle qui dépose un gros galet dans le bide.  C’est un trou qui rend la bouche toute sèche et qui fait couler le nez : le manque.

Tout à l’heure, quand elle se réveillera dans son gratte ciel, l’Amérique sera fériée et les familles regroupées. Bon, et bien nous pas.

Je me suis couchée de fort bonne humeur, hier. Impatiente que cette journée arrive. Car le décompte de notre fête annuelle des mercis a commencé de ce côté-ci, aussi. Elle aura lieu après-demain, chez moi. C’est toujours un kif colossal de la concocter et la confectionner. Mais là tout de suite, j’ai juste envie de pleurer.

Je n’ai pas reniflé mon Arthur depuis 4 mois. Ca ne m’était jamais arrivé, en 22 ans. Il est parti droit devant lui pour découvrir le monde et oh comme il le fait bien. Mais dans son périple, il va toujours plus loin. Le terre est ronde, cependant, et à force d’avancer, je me dis qu’il finira bien par commencer à se rapprocher. Je lui parle, de tout mon coeur, je vois sa bouille de temps en temps. J’ai cru que je m’y habituais, mais pas ce matin. Et l’Australie c’est vraiment très loin.

Avancer du mieux que l’on peut. C’est ça l’idée de vivre mieux. En pliant les genoux pour maintenir son équilibre. Après demain, ici tout sera gai, beau et bien sur, délicieux. C’est bien pour cela que nous nous regroupons. Pour diffuser la chaleur que nous apportent nos vies et nos envies.

En attendant, la tristesse est bien solitaire. Tiens, et si j’allais réveiller leur petit frère, pour le serrer contre moi. Franchement, si vous me demandez, je ne vois rien de meilleur que cela.

Allez, plus que 37 dodos jusqu’au retour de ma fille. Des montagnes de légumes à éplucher, tant de choses à déguster et tous ces amis à embrasser.

Dans un équilibre, tout ne peut pas être bon, alors aujourd’hui, comptons ce que nous avons.

Bon, il faut que j’y aille. Les matins sont fait pour démarrer et j’ai trop envie de me moucher.

Happy Thanksgiving, everybody !

Étiquettes : , , ,

A lire aussi

Psychologie positive et qualité de vie au travail

La psychologie positive se partage à l'aide d'outils qui regroupent des données et des exercices pratiques. Fort de notre ...

Alix Girod de l'Ain et Florence Servan Schreiber

Comment survivre à l’hiver – Europe 1

Du moral, des sardines et de la calinothérapie ! Lundi 25 janvier 2016, j’étais l’invitée de Marion Ruggieri dans son émission Il ...

Metro Boulot Chaos

Paris est mis au défi ces temps-ci. Les sujets de conversation, depuis 17 jours sont dominés par les temps ...

6 commentaires sur “Réveil chiffon”

  • Karine dit :

    C’est le jour ” J “, votre Thanksgiving alors trés belle soirée.
    Bien à vous

    • Florence Servan-Schreiber dit :

      magique ! une fois de plus.

  • Sylviane dit :

    Merci Florence…. pour le partage de ces moments très personnels avec nous,

    C’est toujours un véritable plaisir de vous lire… comme en ateliers du bonheur d’ailleurs !!!

    On a vraiment du mal à vous imaginer triste… vous qui rayonnez de positivité et de gentillesse… d’ailleurs je suis sûr que vous allez déjà mieux !

    Douce nuit à vous et à toutes et à tous,

    Syl

  • joss dit :

    le creux de la vague au réveil… puis on reprend la planche on se laisse porter par le courant et on arrive au top!
    je suis convaincue que vous êtes une bonne surfeuse n’est ce pas?
    belle journée à vous

  • Karine Duflos dit :

    Joyeux Thanksgiving Florence ! Quelle émotion en vous lisant…..presque certaine que votre baromètre du moment a changé : plus vers le beau ? Bons préparatifs d’avant fête & pour l’épluchage des légumes, laissez peut être de côté les oignons …
    Mon fils aîné vient de perdre sa toute première dent aujourd’hui pour la journée des mercis, il était trés fier !

  • Délia dit :

    Bonjour Florence,

    Aujourd’hui c’est la tristesse, le vide, le manque de vos enfants mais quand vous en serez à 15 dodos, ça sera un énorme kiff d’impatience.
    Bon courage

Commenter