Quand la jeunesse roule

Article
Laisser un commentaire

Vendredi, j’ai assisté à la plus incroyable matinée de l’année qui vient de commencer. Réunis au Cinéma le Balzac que j’aime tout particulièrement pour son parfum momifié des Champs Elysées, 150 élèves de l’Ecole Supérieure de Publicité. L’enjeu de cette promotion a été, en une semaine, d’inventer une stratégie et une campagne digitale pour faire connaître 3 kifs par jour. Twitter comme support imposé.

Nouveau pour eux, régalant pour moi. Ils ont tourné des images, conçu des dispositifs, contacté des influents, assemblé des press kits electroniques. Mais surtout, à chaque groupe son idée, sa vision, son énergie et son style.

Et voilà mes 3 kifs déclinés en street art, en concept futuriste, en arbre ou en course à pieds.

Une agence invente la chasse aux kifs avec lâcher de canards en plastique ou des places de parking réservées par des voitures gonflables, une autre  se présente en T shirts identiques pour lancer une traque aux bonheurs dans Paris, puis je suis sacrée Carrie Bradshaw du bonheur. Ca phosphore, ça tente et surtout ça vit.

Je me suis délectée de toute cette créativité concentrée. Et puis je leur ai parlé de bonheur, du leur, pour les remercier. L’équipe gagnante a été badgée 3 kifs, et tous sont partis en vacances pour ce repos saisonnier.

Je leur ai surtout souhaité à chacun de vivre un jour le privilège qui a été le mien ce matin-là. De voir sa passion malaxée avec fraîcheur et sérieux. De regarder son travail magnifié d’un fauteuil de cinéma en se disant que c’est surtout kiffant d’être là.

Merci.

 

A lire aussi

Florence Servan-Schreiber ou l'art de réinventer sa vie

Business Féminin

Nous avons toutes rêvé un jour ou l’autre de changer de vie, de job, en un mot de nous ...

Quelles sont vos habitudes en développement personnel ?

 » Si vous voulez aller vite, allez-y seul. Si vous voulez aller loin, allez-y ensemble. » Al Gore Comme je ...

Ma maman, Claude Servan-Schreiber

Claude Servan-Schreiber, ma mère

Fête de mères, fête des mères, sachez que chez mes parents, nous ne fêtions pas la fête des mères. Car ...

Commenter