21 jours en robe

Jour de robe 2-3-4

Article
Laisser un commentaire 3

Depuis quatre jours consécutifs, je porte une robe. Pendant ce temps là, des gouvernements se forment et un tas de choses plus impactantes pour l’univers se déroulent. J’en ai conscience, rassurez-vous.

Mais à quoi sert un défi comme celui-ci, quand on n’est pas nouvelle ministre ? A vivre en étant plus réveillée. Une décision simple comme tout crée un ordre nouveau dans nos circuits de perception. Ca commence le matin, lorsque je sélectionne ma toilette. Car soudain, c’est une tenue qui se choisit dans une pile inhabituelle. Et tout ce qui est inhabituel réveille. Aujourd’hui, c’est férié. Un jour tout tracé de pantalon mou pour déambuler sans regard entre ses murs. Et bien pas cette année, car c’est aussi un jour de robe.

Le premier jour je me suis faite draguer, direct ! Le second, j’ai remercié le sort de m’avoir élégamment vêtue en pénétrant pour travailler dans LA maison Chanel. Tout le monde y soigne son aspect. C’est un régal pour l’oeil. Je me suis sentie adéquate et ai pu mettre mon énergie dans ma démonstration plutôt que mon acceptation.

Le troisième jour, confidence : j’ai réalisé que je ne sélectionnais pas ma petite culotte tout à fait de la même façon. Car sous des jupons elle est moins proche de la surface. Je préfère les robes bouffantes aux coupes crayon qui moulent tout au passage. Alors les dessous sont plus libres et n’ont pas besoin, comme sous un pantalon de se rendre invisible. Ca, je ne me l’étais jamais dit auparavant. Je n’en décrirai pas ici les formes, mais c’est un choix, un jeu, une option de plus et d’autrement.

Nous sommes désormais 86 femmes entre la côte Californienne et les rives de la Méditerranée à participer à ce défi. Il y a quatre jours nous étions moins de quarante. Les unes ont chaud, les autres ont froid. Les premières découvrent la peau découverte, les secondes ont racheté des collants. A ce stade on se soutient, on se « like ». Ca parle anglais, ça parle français, ça parle franglais. Participer à cette communauté suppose de se prendre en photo, chaque jour. Je suis curieuse de voir au bout de combien de temps ce geste là disparaîtra. Car nous nous habituons à tout, toujours. L’exceptionnel devient banal. Sauf que dans ce groupe là, nous avons justement choisi de rendre le banal exceptionnel. Rien d’ostentatoire dans notre démarche. Juste un petit secret que vous ne percevez pas en nous croisant. Nous voyageons en dehors de nos habitudes et ça nous fait du bien.

 

 

Étiquettes : ,

A lire aussi

Trop tard ? L'élection de Donald Trump

Trop tard ?

L’annonce de l’élection de Donald Trump nous a fait rétrécir d’un coup et abandonner pour quelques instants l’illusion que nous ...

un atelier de bonheur avec Florence Servan Schreiber

Atelier matinal

On parle beaucoup d’éveil, de conscience, de perception et d’accueil pour s’épanouir. Alors j’ai eu envie de prendre les ...

Journal de jeûne 2017

Journal de jeûne 2017

Je me lance cette semaine dans 7 jours de jeûne. Depuis ma première fois, j’y suis, en fait, retournée tous ...

3 commentaires sur “Jour de robe 2-3-4”

  • Aurore Boréale ♥ dit :

    Point crucial dans la vie :
    «Je me suis sentie adéquate et ai pu mettre mon énergie dans ma démonstration plutôt que mon acceptation.»

    Merci 🙂

  • ally dit :

    j’avoue que j’avais envie de participer presque uniquement pour l’expérience et ce ressenti de communauté 🙂

    • Florence Servan-Schreiber dit :

      Never too late !

Commenter