Un rituel devient sacré lorsqu’on lui confère un pouvoir

Alors, on ne peut plus s’en passer. Notre dîner de kif est de ceux là. Né, la première fois, pour le défi de réussir à cuire une dinde XL, il a progressivement pris une place de repère indispensable à notre équilibre. Ce repas occupe des fréquences différentes, qui convergent au même moment : création, coopération, technique, amour, amitié, bilan, accueil. Et lorsque je parle d’accueil, il ne s’agit pas que du lieu qui nous abrite, mais de l’instant où l’on pose sa gratitude parmi les autres.

Le groupe est constitué

Et était jusqu’ici plutôt stable. Il a pris de l’ampleur, et atteint le maximum de personnes assises, que ma maison puisse abriter, car nous préférons nous exprimer dans un cercle. Nous voir et nous sentir nous offrent plus de frissons et de proximité. Mais cette année, une partie du groupe a été appelée ailleurs, conséquence de l’une des déstabilisations que la vie propose et dont nous nous serions volontiers passés. Mais, en fait, on ne choisit pas grand chose. Alors des nouveaux venus ont été conviés. Intimidés mais excités de rejoindre la cérémonie, ils ont élargi notre sphère avec fraîcheur.

La technique se choisit

Il s’agit là de cuisine, et la quinzième dinde enfournée, chez quelqu’un qui préfère les premières fois, doit une fois de plus injecter de la nouveauté. Cette fois-ci je l’ai baignée, suspendue et séchée, comme seraient traités ses cousins pékinois. En une nuit plus tard, sa peau s’était tannée comme un autobronzage inattendu. Chimie. Suspendre une dinde de 13 kg avec les moyens du bord demande un peu de bricolage. J’ai dormi en croisant les doigts que mon édifice ne s’effondre pas.

Chacun son fort

Dans un groupe, en cherchant bien, on trouve des spécialistes de tout. Alors on se propose pour la purée, les bouquets, le vin ou les gâteaux. Une pyramide d’oursons en guimauve apportée en douce a remporté la palme de la régression et sur elle nous nous sommes rués. Il y a pas mal de boissons descendues, aussi. Oh, mais oui, c’est l’occasion des excès d’à peu près tout, dont, et surtout, d’amour.

 

 

Proximité

J’ai la chance de connaître tous les attablés, puisque je les ai invités. Mais chaque année, leur sincérité me prend de court. La face cachée de l’âme de chacun ose y pointer son nez. Cette fois-ci, nous avons célébré une réalisation chapeau, qui englobait l’année passée, puis les 3 kifs rituels. La mienne est d’avoir mesuré à quel point je suis une mauvaise prédictrice, de l’effet que me feront les choses. Notamment, et surtout concernant ce que je redoute. Persuadée que tout va s’effondrer, si je cesse de me cramponner à ce que je connais. Et bien non. En fait, une décision que j’ai mis 10 ans à prendre, bloquée par la peur, s’avère me procurer en ce moment, ma plus grande source de satisfaction, etc. Il y en a d’autres. Les kifs de nos voisins ouvrent tous une porte pour chacun d’entre nous. A leur contact, nous sommes élargis, éclaboussés, lustrés et touchés.

Canvas

Ce dîner tisse un matériau de plus en plus solide, coloré, adaptable, stable et mouvant à la fois. Je ne saurais m’en passer tant il m’offre en 24h un échantillon de tout ce que je préfère dans ma vie. Les miens, la cuisine, rire, boire, allumer toutes les lumières de la maison pour voir pétiller vos yeux et bien évidement l’occasion de me mêler de tout et de le revendiquer. Ben oui, j’aime bien, l’espace d’une journée.

Publié le 6 décembre 2019

Étiquettes : , ,

A lire aussi

Saison tribale

Dernier jour des vacances. Pour être précis, dernier jour des vacances, ensemble. Nous observons, dans notre branche, une tradition ...

Dernier atelier de l’année

Les vacances commencent à la fin de la semaine et j’ai choisi d’en prendre. Sous une forme particulière, j’en ...

Life saver

Aujourd’hui, j’ai animé l’une des pires conférences de ma carrière Je tiens à le dire, car je suis rapide ...

Commenter