Fermez les yeux et imaginez un instant que vous êtes vraiment vous. Allez-y ! Vous ressentez puissamment l’envie faire, de dire, de ressentir, d’être et de vivre. Vous ne sentez plus les limites : ni celles du temps, ni celles des autres, ni de vous-même. Ni de rien.

Où seriez-vous ? A faire quoi ? A danser dans un train, écouter de la musique plus fort, écrire le roman de votre vie, sur une scène, les cheveux bien plus longs ou bien plus courts, au chaud contre quelqu’un en particulier ? Et alors, pourquoi pas ?

 

Ce petit exercice donne des ailes.

Car il nous rappelle ce qui nous anime profondément. La régularité et les circonstances de la vie nous enferment toujours un peu. Enfants, nous voulions tout découvrir, c’était dans notre nature. Aujourd’hui, combien d’entre nous dormons du même côté du lit, jour après jour.

Tiens, voilà un excellent exercice. Changeons de côté, de temps en temps. Pour nous offrir une autre perspective et réveiller ce qui dort en nous. Pour réaliser, le plus simplement que nous y prendre autrement n’est pas la fin du monde, mais le début de plus.

Oser être soi, c’est cela.

Donner de la vie à toutes nos parties. Celles que nous servons habituellement à notre entourage, mais celles aussi qui ont envie de s’y prendre différemment. Car nous avons tous au fond, un périscope qui nous surveille en pensant que les autres nous regardent, et combien avons-nous envie de leur plaire. Alors, parfois nous nous censurons, pensant que ça sera mieux pour tout le monde. Mais non ! Plus nous nous retenons, moins nous prenons notre place, celle qui nous attend.

Se déployer consiste à s’exprimer. Non pour plaire, mais pour se plaire. Non plus pour se conformer à tout prix, mais vivre à tout prix. Comment en avoir le courage ? En devenant son propre supporter. Ah, il n’est pas toujours facile de s’encourager et de se soutenir. Pourquoi ? Car nous sommes critiques envers nous-même, aussi. Alors soyons doux mais entraînant avec soi. Jouons à réveiller nos désirs, pour nous découvrir et nous dévoiler autrement. Plus simplement. Plus librement.

Oser n’est pas réservé au spectaculaire

Apprenons quelque chose de nouveau chaque jour, osons dire bonjour à des gens qu’on ne connaît pas, goûtons et cuisinons de nouveaux plats, affirmons nos opinons, changeons d’itinéraire pour aller travailler.

Car il est parfois essentiel de se perdre pour pouvoir mieux retrouver sa route. Les enfants, de tout leur naturel, traversent toutes les émotions en ne se préoccupant ni d’avant, ni d’après. Alors essayons parfois de retrouver cette candeur, ne serait-ce que pendant une heure, pour aimer retrouver la richesse d’être qui et comme nous sommes, pétillants, aventureux et gourmands d’une vie qui nous va bien au teint.

Osons nos envies, nos joies, nos préférences et nos avis car c’est le mélange des couleurs qui crée les arcs en ciel de ce monde et en aucun cas, l’homogénéité d’un tout pareil. Ça, c’est pour ceux qui sommeillent et retiennent leur appétit.

 

A lire aussi

Résolutions médiatiques

C’est trop amusant pour ne pas être souligné. Entre hier et aujourd’hui, déjà 4 sollicitations pour parler de la ...

Leçons d'écriture

5 leçons d’écriture pour affronter la réalité

Voici 5 trucs et découvertes, leçons d’écriture, fruit des études pratiquées autour des bienfaits de l’écriture par les chercheurs ...

Emmanuel, Brigitte et moi !

Brigitte, Manu & moi

J’ai envie d’y croire. Et s’il s’agissait de nos Barack et Michelle ? Emmanuel Macron a dit dans son premier ...

3 commentaires sur “Oser être soi”

  • anne Mothe dit :

    j’en rêve depuis si longtemps . je souffre de parkinson et ou de tremblements essentiels . je pense que mon corps réagit ainsi ^parce que je ne me suis jamais donnée ce droit . le méritais-je ? si je voulais faire l’harmonie autour de moi ce n’était pas envisageable.
    je me suis “plantée “.
    merci de me permettre d’en prendre conscience et pourquoi pas quelques instants l’imaginer possible .

  • Nelyane dit :

    Bonjour,

    J’ai la chance d’avoir la sensation de vivre une vie à l’envers. Dépressive avec la sensation d’être au “bout du rouleau” à , 20 ans, j’ai vécu, avec la psychanalyse, la démarche de la dernière chance… Transformations d’une vie qui ne se devait d’être qu’à un avortement raté, initié par un couple qui ne voulait pas d’enfant -et une famille qui n’aime pas les enfants- j’ai aussi survécu à 6 mois d’hospitalisation précoce entre 18 et 24 mois en essuyant positivement les plâtres d’un nouveau traitement. Et là… je redynamise un sublime jardin, paysagé par un pro SVP, quelque peu abandonné par mes prédécesseurs âgés, j’ai un boulot que j’adore, qui le permet de créer et de développer une vision positive de l’existence, des relations ultra chaleureuses … et un flot de nouvelles retrouvailles d’ami(e)s perdues de vue sans compter ce qui m’attend et que je ne peux envisager que positivement. Détail: je vais fêter mes 70 printemps en fin d’année. Oui… et alors? Rien ne vaut mieux qu’une seule journée de ce que je vis actuellement et dont je ne me serais même pas risqué d’oser envisager plus jeune. L’âge n’est qu’un état d’esprit et il n’est jamais trop tard pour le découvrir

  • Fugi dit :

    Oser être soi est un sacré voyage… et je pense y etre bientot arrivée je crois… oser etre soi quand tout autour est si lisse, si figé, si neutre… je viens du domaine du luxe et je peux vous dire qu’il n’y a rien de plus superficiel!
    Chère Florence, j’ai tenté de vous joindre via votre messenger facebook et instagram… alors du coup je viens sur votre blog car je crois que c est à vous que j’ai envie d’ecrire mes premiers mots de gratitude. Le jour où apres avoir regardé une de vos recettes sur cuisine tv je suis tombée sur votre blog ma vision a changé… j ai acheté power patate et puis jai remué ma terre et commencé de nouvelles plantations 🙂 ca n’allait plus dans ma boite où j’etais depuis 7 ans, je venais de finir un bilan de competences, je n etais pas plus motivée que ca et puis grace a votre livre jai detecté mes supers pouvoirs, jai repris mes recherches et jai trouvé au bout d’un an. Je termine dans une semaine ma formation et je me lance dans un nouveau metier à mon compte! Je suis parallelement penchée sur le bonheur, la psychologie positive et la meditation. Ses choses la sont encore parfois difficiles mais je tiens bon… j’ose etre ce que je suis, avec mes idees, mon avis contraire, j’ose etre franche et honnete et je le suis du coup beaucoup plus envers moi meme. Etre positive n est pas de tout repos mais j aime ca! En revanche je supporte du coup difficilement le negatif embulant… enfin tout ca pour dire MERCI FLORENCE! Merci pour votre joie si communicative, votre boost, votre partage. Pouvoir papoter encore de cela avec vous autour d’un café aurait été super mais ma demande ne doit pas etre la seule et je le comprends!
    Voila! Mon kif du soir: Rediger ces quelques lignes pour vous 🙂

    Bonne continuation!

Commenter