L’art de se rassembler

Chronique PSYCHOLOGIE POSITIVE MAGAZINE
Laisser un commentaire

Même si depuis la pandémie, la forme de nos réunions a mutée en téléconférences, réunions d’équipe à distance, anniversaires et obsèques sur zoom, nous restons en relation avec les autres. Cependant, trop de ces rencontres se déroulent en auto-pilote et échouent à créer la sensation de proximité dont nous avons besoin. Comme nous le rappelle Christophe André, le bonheur circule entre les êtres. « Nous le recevons, nous le transmettons et à chacun de ces passages d’humains à humain, il se régénère, se métamorphose, se modifie, acquiert du sens et une histoire. »

 

Alors que pouvons-nous faire pour maximiser ces échanges d’un nouveau type, aussi étranges que précieux pour notre épanouissement ?

 

1 – Pratiquer l’autorité généreuse[1] : qui invite, tient le gouvernail. Un rassemblement réussi donne à chacun la sensation d’appartenir à un groupe pendant une durée déterminée sans faire disparaître qui nous sommes individuellement. Tout le monde peut initier des réunions de qualité et l’on n’a pas besoin d’être extraverti pour y parvenir. Même l’anxieux social peut être un formidable rassembleur, justement pour faire circuler la parole. Il y a une structure invisible cousue dans la texture d’un groupe lorsque l’hôte le crée par curiosité et envie d’essayer. Le succès d’être ensemble nait d’une intention affirmée. Ainsi, assister à un mariage n’a pas la même saveur que de se réunir pour être les témoins de deux individus exprimant leur personnalité au cours d’une cérémonie dans laquelle ils décident d’unir leur destin. Nuance.

 

2 – Penser à l’avant match

Une réunion a toujours commencé avant son début. Comment s’appelle t-elle ? « Point commercial » ou « Galerie des réussites » ? Quoi qu’il arrive, résistons à la tentation de l’introduire par les points logistiques. Envoyer un dessin humoristique, un document intéressant ou un message chaleureux aux futurs participants, même à quelques minutes de lancement, pose les bases d’un ciment positif pour la suite.

 

3 – Se quitter avec soin

J’anime beaucoup de rassemblements à distance. Et je veille toujours à donner à chacun l’occasion de clore sa participation par un mot, par écrit, avant d’éteindre son écran. Une façon pour nous tous d’emporter ce que nous venons de vivre dans notre prochaine étape. Nous nous rendons ainsi service. Car l’intention d’une réunion reste d’avoir fait circuler ce que nous n’aurions pas généré seul et de s’en souvenir pour avoir l’élan de recommencer et de nous relier.



[1] D’après The Art of Gathering par Priya Parker

A lire aussi

RCJ – le 21/02/11 à 13h00

Karine Taieb me reçoit ce lundi à partir de 13h00 dans son émission Objectif Santé. C’est sur 94.8 FM ...

L’Académie du féminin #1 – Exprimer sa fantaisie

Nous lançons une série de 5 vidéos suite à mon échange avec Catherine Oberlé de l’Académie du féminin. Voici ...

interview pour Atlantico : Pourquoi la trentaine est aussi le moment où l’on perd le plus ses amis ?

Atlantico : la trentaine, ce moment où l’on perd le plus ses amis

Après les belles années de la vingtaine, les chers amis ont tendance à s’éloigner la trentaine passée, se faire ...

Commenter