Au lit !

Chronique Kaizen
Laisser un commentaire 1

La nuit, je porte depuis peu, un bracelet qui enregistre mes plages de sommeil. Au bout d’un mois, le verdict est tombé, je dors en moyenne 5h50 par nuit. Et vous ?

Un tiers des adultes français dorment moins que les 7 à 8h recommandées par la faculté. Pourquoi est-ce embêtant ? Parce que c’est alarmant :

Dormir systématiquement moins de 6h démolit notre système immunitaire.[1] Sans parler des troubles psychiques : dépression, anxiété, etc. On s’arrête là. Mais une chose est certaine, ne clamons plus que l’on dormira quand on sera mort. Car on risquerait bien de l’être plus tôt que prévu.

Les humains ont besoin de sommeil. Car il compense tout ce que notre cerveau produit pendant nos plages d’éveil, comme un thérapie pour nos émotions et apprentissages. La nuit se divise en trois sommeils : léger, paradoxal, et profond. La phase dite des rêves, nous soulage des épisodes défiants, traumatisants ou débordants de la journée. C’est l’équipe chargée du ménage de nuit dans notre matière grise. Et lorsqu’on nous en prive, nous perdons notre capacité à comprendre les réactions des gens autour de nous.  Son action est le réservoir de notre intelligence émotionnelle.

Le sommeil profond, entretient pour sa part, notre santé mentale. Car sans lui, nous détruisons notre mémoire à long terme. Alors si on n’a toujours pas sommeil, voici quelques conseils d’experts.

S’acheter un réveil, pas seulement pour se réveiller, mais aussi pour aller se coucher, à la même heure, tous les jours. Soigner aussi son rituel d’endormissement. Non non non, pas d’écrans, ni bleus, ni tout court. Une pleine lune nous qui nous éclaire de 0,5 lux, empêche déjà certains de dormir. Dans une chambre, nos ampoules rayonnent souvent de 200 lux.  Et 200 lux fait chuter de moitié notre fabrication naturelle de mélatonine, indispensable à la récupération. Si besoin, commencer la nuit avec un masque d’avion sur les yeux.

Éteindre le chauffage, car la chaleur fait croire au cerveau qu’il n’est pas encore l’heure de dormir. La température idéale est fixée par les experts à 18,3°. Adopter aussi une couette par personne, car sortir les bras et les pieds de sous l’édredon est un thermostat inconscient et indispensable. Et ne plus faire de sport 3h avant se coucher car le métabolisme surchauffe.

Boire de l’alcool le soir ne crée qu’une illusion de sommeil, plus proche de l’anesthésie. Mais le ménage cérébral ne se fera pas, et entraînera une amnésie partielle de la soirée, sept jours plus tard. Cinquante pour cent de nos souvenirs peuvent ainsi s’effacer, apprentissages utiles, compris. Quant au café, il n’est plus à présenter comme l’excitant après midi, décas compris, qui ne le sont jamais complètement.

Pour terminer, un visage reposé est toujours plus sexy que d’avoir les traits tirés. Alors on laisse les somnifères au placard, si besoin, on leur préfère un placebo, tout aussi « efficace », on file au lit pour se rééduquer à dormir !

 


[1] Matthew Walker, PHD du laboratoire de neuro imagerie du sommeil à l’université de Berkeley.

 

Continuer sur Kaizen

Étiquettes : , ,

A lire aussi

Beatrice de la Boulaye et Chateau Brutal

Plus dur qu’il ne semble

Oh la la, la vie d’artiste, merci ! Mais que c’est difficile de faire des choses contraires à ses habitudes ...

L’ami américain

On devrait tous avoir un ami américain. D’autant qu’il n’a pas nécessairement besoin d’être américain, ce qui compte, c’est ...

Du kif au dîner

Dernier soir dans ma cuisine d’été. Les enceintes crachent une playlist tonique. Je reçois tout à l’heure l’ultime portion de ma famille encore ...

Un commentaire sur “Au lit !”

Commenter