CdB – 8 – Bonheur caché

Article
Laisser un commentaire 2

Dans une épreuve, dans l’adversité, dans la douleur, sous l’apparence d’une calamité, vous avez trouvé une pépite de bonheur.  Pouvez-vous décrire votre meilleur bonheur caché ?

Amusante synchronicité.

Je relisais aujourd’hui mes notes de psychologie positive pour redécouvrir le concept suivant : notre biologie est faite de telle sorte que les choses ne sont jamais aussi négatives qu’elles ne le paraissent, à priori.

Ou formulé autrement, notre peur des conséquences est toujours pire que les conséquences elles-mêmes.

Ou encore, ce qui nous semble le pire n’est jamais aussi pire que nous avons imaginé. Et ça marche même pour les ruptures amoureuses et les accidents graves.

Pour deux raisons : notre tendance à catastropher ce qui nous fait peur ou ce qui risque de nous faire mal, et notre méconnaissance du développement post traumatique. C’est l’effet selon lequel, d’une intense souffrance ou d’un traumatisme important, se produira un changement bénéfique majeur.

Les changements

Agressions physiques, cancers du sein, catastrophes naturelles, combats militaires, crises cardiaques, deuils, déplacements de réfugiés, greffe de la moelle épinière et maladies chroniques, par exemple ont pu entraîner, les changements suivants :

une spiritualité accrue

un sens plus aiguë de la compassion envers autrui

une plus grande ouverture d’esprit

au bout du compte, une plus grande satisfaction globale de la vie

une amélioration de la confiance en soi

une vision plus chaleureuse et intime de sa relation avec les autres

une augmentation de sa force personnelle.

Mais sans aller jusqu’à des situations aussi dramatiques, ce que j’ai pu observer comme ayant toujours bien tourné à la fin de l’histoire ont été mes ruptures professionnelles. Aucun coup de baguette magique n’a eu raison de ma peur et de mon découragement au moment où cela s’est produit. Mais contrainte de me réinventer, j’ai finalement toujours su le faire pour le mieux. Une fois, en quittant mon univers de consultante pour devenir ridologue (professeur de rideaux) et une autre en quittant mon poste d’innovation pour devenir professeur de bonheur. L’histoire a l’air de se répéter, si je me perds, enseigner me sauve ? M’épanouit, surtout. Mais il est normal pour quelqu’un comme moi de perdre sa route de temps en temps car j’ai besoin de renouvellement et d’apprentissage.

Ma résilience

Savez-vous comment j’appelle ma capacité de résilience ? Ma bonne étoile. Ma chance. En décortiquant ces résurrections, elles m’ont demandé du travail, l’humilité de repartir à presque zéro et la nécessité de tout réapprendre. Mais elle m’ont aussi fourni le kif d’exercer ma fantaisie et la liberté de me défaire des attentes des autres.

La maturité que m’ont apportées ces mutations m’apprend peu à peu à pouvoir compter sur moi-même pour me remettre et faire autrement.
Cela ne m’enlève pas la peur du changement et la peur de ce qui fera mal, mais je commence à me dire toute seule, que quoi qu’il arrive, ça va aller. Je sais que je saurai faire du mieux possible et que c’est déjà pas mal.

Étiquettes : ,

A lire aussi

Interview // La cérémonie laïque vue par Florence Servan-Schreiber

La cérémonie laïque vue par Florence Servan-Schreiber

« Je kiffe. Ca tombe bien, c’est recommandé ! Trois fois par jour au moins, comme le suggère la papesse du ...

Interview avec Natacha Dzikowski

C’était à mon tour de prendre place dans l’interview : Toutes les vies…  de Natacha Dzikowski. Changer de vie. ...

Les ateliers à la maison

Je déclare officiellement ouverte la division Ateliers à la maison de 3 kifs par jour. Vous le savez certainement, ...

2 commentaires sur “CdB – 8 – Bonheur caché”

  • Dorothée dit :

    J’en suis exactement au même point: je me dis que quoiqu’il m’arrivera à l’avenir, je ferai de mon mieux. Les épreuves de la vie sont de magnifiques tremplins, encore faut-il accepter d’ y réfléchir, de se prendre en main, pour grandir et oser.

  • Albert dit :

    Les Bouddhistes et d’autres le disent: je remercie mes ennemis, car ce sont
    mes meilleurs professeurs et grace à eux je progresse!
    Ce que j’ai retenu de grandes épreuves, c’est que les choses ne sont ni bonnes.ni mauvaises, c’est notre esprit qui les fait (bonnes ou mauvaises), elles sont ce qu’elles sont, et dès lors qu’il y a jugement, viennent les critiques,
    condamnation (ou louange), etc, tout ce qui est émotionnel, qui crée la frustration,rancune,amertume, toutes issues de la peur!
    Finalement, l’amour ne serait-il pas l’acceptation de ce qui est,sans vouloir le transformer??
    Etant donné que l’amour et la
    peur s’excluent, l’absence de jugement exclut la peur mais inclut l’amour!?

Commenter