Appel à témoins : fauché·e en plein vol

Article
Laisser un commentaire 3

Pour dresser un panorama des effets secondaires de la survenue du COVID, je suis à la recherche d’histoires personnelles interrompues par cette imprévisible crise. 

On entend beaucoup parler de burnouts, en ce moment, qui manifestent une perte de sens en exerçant son activité, mais je cherche ici plutôt le contraire, c’est-à-dire des histoires où ni le sens, ni les compétences, ni la destination, ni l’épanouissement manquait, mais que le confinement a brutalement arrêté. Et que le déconfinement n’a pas encore rétabli.

Emplois, métier, projet personnel ou parental, relation amoureuse ou amicale, quelque chose de significatif vient de s’éteindre sans que vous sachiez encore comment elle va pouvoir se rallumer. Vous confrontant à une réflexion mue par la nécessité et non par le désir. 

Si vous acceptez de témoigner, écrivez-moi  pour me raconter votre situation et nous échangerons. Je ne sais pas dire encore exactement ce que produira cette collecte, mais je sais qu’il en sortira quelque chose qui pourra peut-être nous aider à collectivement nous redéfinir, nous reconstruire et rekiffer.

D’avance merci,

Florence

Témoigner

 

Publié le 25 juin 2020

Étiquettes : , ,

A lire aussi

Europe 1 – 14h45 avec Faustine Bollaert

    Demain je passe la journée à Bruxelles pour “lancer” 3 kifs par jour en Belgique. Invitée de ...

Le bonheur est une histoire de kifs !

Rarement une auteure nous aura procuré autant de “Patate” ! Et dans ce sens, Florence Servan-Schreiber porte parfaitement son surnom ...

Tournée en bourrique

Tournée en bourrique

Mercredi, sur un trottoir de Paris, je me suis mise à crier au téléphone. Contre qui  ? Une société de ...

3 commentaires sur “Appel à témoins : fauché·e en plein vol”

  • BRUNEL Denyse dit :

    Bonjour,
    cet “après” est pesant quelquefois, pour ma part hors de question d’embrasser mes enfants et petits-enfants (j’ai 72 ans); il en est de même pour certains amis .es.
    je ne peux pas reprendre les cours de danses :danse de salon et latino – proximité-, ni les cours de peinture trop de promiscuité!
    je m’adapte à cette situation qui tout de même est plutôt bizarre,
    “il faut, il faut pas…. on peut, on ne peut pas…”, malgré tout j’essaie de reprendre une vie “normale en rencontrant mes amis.es., restaurant et autre
    on finira bien par sortir de cette pandémie, regardons le soleil briller ,de mon balcon je vois la végétation pousser dans le jardin en face chez moi , il n’a jamais été aussi beau ! sourions à la vie
    Merci Florence pour tout l’optimisme que vous nous apportez au quotidien
    Denyse

  • ELisabeth VITAL dit :

    merci de nous donner la parole

  • Sb dit :

    J’ai témoigné

Commenter