Le paradoxe maternel

Paradoxe maternel

Chronique Happinez Hors Série Happi•Kids
Laisser un commentaire

L’une de mes études préférées sur la maternité, révèle que les femmes se sentent plus heureuses en répondant à leurs e-mails qu’en s’occupant de leurs enfants. En répondant à leurs emails ! Cette statistique doit-elle nous faire perdre le sourire ?

Bien au contraire. Je l’accueille comme un soulagement. Comme une démonstration scientifique de l’un des plus grands paradoxes de nos vies contemporaines. Comme le dit la sociologue américaine Jennifer Senior, « Elever des enfants, c’est que de la joie mais ce n’est pas toujours marrant ! »

Une mission sans mode d’emploi

Car il s’agit d’une mission difficile et sans mode d’emploi. Au siècle dernier, encore, on élevait nos enfants pour qu’ils prennent notre relève. Mais aujourd’hui, dans leur parcours, c’est l’école qui est en charge de leurs connaissances, les pédiatres de leur santé, les magasins de leurs vêtements, les supermarchés de leur alimentation et mêmes les stages de leur formation. Alors que nous reste-t-il ? La coordination de tout cela et leur épanouissement.

Un peu comme nos vies à nous, qui consistent à coordonner tous nos rôles pour y trouver notre propre éveil : professionnel, amoureux, amical, familial, parental, social, etc . Mais être mère a pris tellement de place que les femmes qui se consacrent à leur famille ne s’appellent même plus des femmes au foyer. La version 2.0 est une MERE au foyer.

Etre parent

Et puis, être parent n’est pas juste quelque chose que nous faisons. C’est quelque chose que nous sommes. Il y a une distinction entre ce que nous ressentons en étant parent et ce que nous éprouvons en effectuant les gestes du quotidien.

Les études peinent à démontrer si l’on est plus heureux avec ou sans enfants, et c’est tant mieux, nous avons ainsi tous notre chance de l’être. Mais leur présence bouscule nos vies d’adultes. Quelle que soit la quantité d’amour que nous leur portons, ils vont nous entraîner au bout de nos limites, être l’une des sources les plus fréquentes de conflits dans le couple, et provoquer aussi le plus profond ennui dans la répétition de leurs activités préférées.

 

Une question d’attention

Pourquoi est il plus plaisant de répondre à un e-mail que d’être avec ses enfants ? Pour une question d’attention. Au travail nous nous concentrons sur une chose à la fois et sur ce que nous faisons. Alors qu’avec nos enfants, nous cumulons les activités : devoirs, jeux, bain, cuisine et autre planification de la suite. Le temps familial se présente comme un club sandwich difficile à croquer avec concentration. Le plaisir souffre de la dispersion.

Mais, ces mêmes enfants donnent du sens à nos vies. Ils nous la compliquent, et nous la simplifient, en nous donnant de nouvelles priorités qui guident nos actions. Alors ne nous reprochons pas les moments de lassitude, continuons à répondre sereinement à nos emails, en acceptant simplement qu’il est aussi compliqué d’être parent et que c’est aussi pour cela que nous aimons tant nos enfants.

A lire aussi

c'est quoi le bonheur pour vous ?

C’est quoi le bonheur pour vous ?

Cette interview a été réalisée par Julien Peron directeur de l’agence de communication Neo-bienêtre dans le cadre de son projet ...

télématin fabrique du kif

Télématin fabrique du kif

Invitée d’Estelle Colin au journal de 7h30 ce samedi 14 février 2017. Quand la passion de son métier permet ...

1er atelier de bonheur dans les Yvelines

Petit rappel : un Atelier d’inspiration au bonheur se compose de 4 rdv en groupe pour appliquer dans sa ...

Commenter