Aurore Petit pour CLES.

La joie était au fond de mon armoire

Chronique Cles
Laisser un commentaire 2

Arianna Huffington, fondatrice du célèbre Huffington Post , a lancé un programme de coaching accessible sur Internet : Thrive *. Elle y raconte son burn-out, dépression contemporaine mélangeant le trop-plein au trop peu de sens. Arianna incarne le succès, l’ambition, et désormais la vulnérabilité.

Se concentrer sur l’essentiel

Evidemment, je m’y inscris : ma curiosité psycho-technologique ne sait pas résister à une telle proposition. Dans ma vie de pré-burn-out, ce programme a tout à fait sa place. Se concentrer sur l’essentiel est la première leçon.

Quels sont nos objectifs et nos envies ? Je réfléchis. Besoin de ranger mes armoires, envie d’être plus assidue au sport, de développements professionnels. Arianna nous révèle sa liste : trier sa garde-robe, respecter son yoga quotidien et diffuser le Huffington Post dans le monde entier.

Je suis effarée ! La pauvreté de nos réponses me saisit. Si je m’arrête un instant pour faire des choix d’avenir, je me heurte à une pile de tee-shirts. Arianna, le monde contemporain et moi-même me décevons. Serions-nous réduits à ranger des armoires et à espérer bouger pour vivre plus ? Où est mon envie de poésie, de relations enrichissantes, d’œuvres à signer ?

Ranger, faire le vide

Je ferme mon ordinateur et j’ouvre un livre. La Magie du rangement, de Marie Kondo (First). Décidément. Cette fois-ci, la proposition est japonaise. 1,5 million d’exemplaires vendus dans le monde. Un demi-globe plus loin, les réponses aux questions de sens sont les mêmes. Et s’il y avait là quelque chose pour moi ? Le vide aurait-il plus de sens que je ne le pense ?
Alors je lis, et soudain j’ai très envie de tout ranger. La méthode proposée consiste à réunir tous les objets semblables au milieu d’une pièce, à les soulever un par un et à se demander en toute honnêteté : « Me procure-t-il de la joie ? » Adieu l’utile, la morale, la raison ou la culpabilité. La question est fermée et la réponse simple. C’est oui ou non, aucun peut-être.
J’ai souri, comme vous. Mais je l’ai fait. Au quatrième pull dégagé, la corvée s’est transformée en moteur. Car chacun de ceux que je conservais me procurait un instant d’émotion positive.

Le poids de l’inertie

Une heure et demie plus tard, j’ai compris que ma réponse à Arianna n’était ni cosmétique ni décevante, que j’avais eu l’intuition du poids de l’inertie. Je pressentais que pour aller vers le plus, le chemin du moins était le plus juste. Et que pour trouver du sens, de l’envie et de la force naturelle, la joie reste le meilleur critère pour avancer. Merci, mesdames, pour cette joyeuse légèreté !
* S’épanouir, qui est aussi le titre de son livre paru récemment chez Fayard.

A lire aussi

Interviewée par Stéphane Bern sur France 2

Comment ça va bien ?

Pour la sortie de Dîner de Kifs, j’étais invitée le 15 septembre par Stéphane Bern sur France 2, dans ...

Ma bibliothèque de psychologie positive

La psychologie positive a un atout particulier, elle s’adresse à tous : spécialistes, professionnels ou simples curieux. Tal Ben ...

interview sur Sud Radio de Florence Servan-Schreiber

Sud Radio : la générosité

J’étais invitée par Isabelle Brès en compagnie de Sylvia Kahn sur Sud Radio le mardi 27 octobre 2015 pour parler ...

2 commentaires sur “La joie était au fond de mon armoire”

  • Carole dit :

    Bonjour,
    Je ne suis pas surprise de voir que ranger notre armoire fasse partie de nos priorités. Je trouve même que cela traduit une certaine logique.
    Tous les matins, la première décision que nous prenons, c’est de choisir notre tenue pour la journée. Et lorsque notre armoire n’est pas rangée, cette décision peut devenir difficile. Et personne ne pourra contredire que cette décision peut avoir des conséquences sur la façon dont nous allons vivre la journée.
    J’ai entendu une fois à la radio (je ne sais plus quand ni sur quelle radio cela passait) que Barack Obama ne met que des chemises bleues ou blanches avec ses costumes.
    Il croit que chacun a un nombre limite de décisions pour la journée, et qu’en tant que président des États-Unis, il ne peut gâcher l’une de ses décisions sur le choix de sa tenue.
    J’ai trouvé ceci tellement vrai, que depuis, je prépare les tenues de mes enfants et les miennes avant d’aller me coucher (sauf si le lendemain n’est pas travaillé). C’est devenu un rituel qui permet de garder mon énergie pour le travail ou les activités de la journée.

    • Magaly H dit :

      Bonjour Carole, Bonjour Florence,
      Carole, je m’organise pareil, préparation de la tenue de chaque personnes le soir avant d’aller se coucher ! Energie conservée pour le matin … et on n’arrête de chercher la tenue, le pantalon ou autre qui va avec tel ou tel autre vêtement !

      Et j’effectue un tri régulier de mon armoire, afin de libérer l’espace et faire circuler l’énergie ! Je conserve ce que je porte régulièrement, et qui me plait vraiment !

      Le tri, ça fait du bien aussi !

Commenter