Chronique Comment s'aimer longtemps

Comment s’aimer longtemps

Chronique Happinez 8
Laisser un commentaire

Le Professeur John Gottman est le grand spécialiste de la psychologie positive dans le couple. Sa femme et lui étudient ce qui nous permet de nous aimer longtemps. Ils ont été les premiers à comprendre qu’étudier les divorces ne permettait que de saisir les causes de divorce. Et que seule l’observation des couples au long cours nous offrait la possibilité de mieux prendre notre élan ensemble.

Ces recherches me fascinent

Car je commence à appartenir la race de ceux qui se sont accrochés. A tous les sens du terme : cramponnés comme disputés, mais toujours captivés. Dix mille deux cent vingt nuits partagées avec le même autre me met dans la catégorie des sujets d’étude possibles.

Alors je pose les découvertes des chercheurs sur le canevas de notre réalité, et voici ce que j’y reconnais :

De l’importance de s’admirer

Et depuis le début, s’il vous plait. Car plus on s’admire au début d’une relation, plus on va s’aimer longtemps. Réciprocité exigée. Car à force d’être regardée comme quelqu’un de plus grand que nous ne sommes, nous le devenons. Forgeant ainsi, inconsciemment, le reflet de ce que l’on voit en nous. Et le mépris, ennemi juré de l’amour, est aux antipodes de l’admiration. C’est elle qui nous préservera de hausser les yeux quand notre amour, même au sommet de ses limites nous irritera. Or, soyez en certain, évidement, il le fera.

De la nécessité de saisir les perches.

Nous cherchons souvent à attirer l’attention de l’autre : «  Il m’est arrivé un sacré truc aujourd’hui, dira-l’un. » « Mais quoi donc ? devra répondre l’autre, dans 86 % des cas pour dans longtemps être encore là. C’est l’agilité à écouter et de sortir de son propre fil de pensée qui est en jeu. Car lorsque les choses se corsent, savoir dévier de ses pensées pour se laisser entraîner est le meilleur gage de transformer le pire en fou rire. L’humour est le meilleur allié des engueulades. Point. Et pour rire, il faut attraper l’occasion de passer du coq à l’âne sur le champ. Cultiver sa disponibilité à l’autre est un fondamental. C’est un espace qui peut s’étendre ou se rétrécir. Sa dilatation est chaudement avisée.

De l’impériosité de se connaître.

69 % des problèmes, dans un couple, sont perpétuels. C’est à dire qu’ils ne disparaîtront pas. Car nos défauts demeurent, surtout les structurels : nos parents, notre introversion, nos différences de goûts ou les bruits en dormant. Alors, faisons nous connaître de l’autre. Pas pour s’imposer, mais pour éviter d’être top frustré. Un couple avec enfant se parlera en moyenne 35 minutes par semaine. Par SEMAINE ! Ne pas passer ce temps précieux à pester contre l’immuable.

Sans conteste, je suis d’accord avec tout cela. Je sais qu’il ne changera pas mais il me fait tellement rire que je prie presque pour qu’il reste comme il est. Enfin bon, pas toujours, mais quand même. L’amour est une émotion, mais c’est aussi une somme d’actions.

 

Découvrir le numéro 8 de Happinez

 

 

 

A lire aussi

Combien vaut votre travail?

J’ai jubilé cette semaine En tombant sur la simplicité de cette phrase, formule postée en anglais sur linkedIn qui ...

Gérard and me

Savez-vous qui est le monsieur derrière la fleur ? C’est Gerard Mulliez. Nous avons fait connaissance hier. Gérard est ...

Interview avec Julien Benedettà à Télématin

Télématin

Invitée  samedi matin sur France 2 dans le Journal de 7h30, j’ai parlé avec  Julien Benedetto de Dîner de ...

Commenter