Excès prescrits

Article
Laisser un commentaire

Un excès d’amour est-il possible ?

Certainement. Est-ce dangereux ? Ca dépend pour quoi. Pour se sentir vivant, nourri, relié et ému, non seulement il n’y a aucune contre indication, mais cela devrait être prescrit.

Ca y est, j’en suis certaine, je préfère les occasions de célébrer où on se parle à celles ou on danse sans s’entendre.

Ce week end a eu lieu notre « Cuisine des mercis ». Ce rendez-vous annuel d’une bande, reliée par les amitiés de la vie, cousins, voisins, amis et co-kiffeurs. Cette fois par an, nous nous réjouissons du bon et de nos émotions. 20 personnes à table, nourries et hydratées. Alors comme dans les fêtes, nous buvons notre coup et rions de bon coeur. Mais une fois rassasiés, la parole est donnée. Chacun son tour pour remercier les circonstances de son bonheur, des ses réalisations où de ses réparations. Ohlala, on ne reste pas digne très longtemps. L’émotion est immédiate. Quelques mots seulement d’un ou d’une autre pour être profondément ensemble.

Chaque édition diffère

Mais ressemble à la précédente. L’anticipation de se retrouver pousse certains presque à la folie. Cette année, une fée de mes amies a rapatrié ma fille pour que mon coeur soit presque au complet. Indescriptible injection d’amour. Se sentir aimée est un miracle. Au petit matin, la chevelure « coucher de soleil » de ma fille s’est glissée dans l’entrée. SURPRISE. Stupeur, chaleur, câlins, tendresse, merci. Merci tellement à ma si douce amie.

Le ton était donné. Excessif et sans limites. La chair aussi s’est dépassée. Trop mangé, certainement, mais nous nous sommes cette fois encore, très simplement tellement aimés.

 

A lire aussi

Elastique

Elasticité

Oops, j’ai raté hier, le 20 mars, la Journée Mondiale du Bonheur instaurée depuis l’an dernier par les Nations ...

Douche de gratitude

Douche de gratitude

Je ne sais pas ce qui m’a pris de vous dire que Pascal nous avait fait des compliments sur ...

Dernière saison

Mon petit doigt me dit que cette saison d’émissions est à déguster. Un peu comme si on reprenait une ...

Commenter