StreetwiZe • Mobile School

L’estime de soi des enfants de rue

Chronique Psychologie Positive
Laisser un commentaire

Se construire dans la rue

Comment se construire lorsqu’on vit dans la rue, sans référent, ni parent en encadrement ? L’estime de soi est indispensable pour y parvenir, mais tellement difficile à découvrir. Arnoud Raskin terminait ses études de designer industriel, et voulait produire des objets qui avaient du sens. Exposé par hasard aux enfants des rues de Carthagène en Colombie, il a décidé d’axer son travail sur le meilleur de leurs personnalités et a créé une école de la vie, mobile, pour aller à leur rencontre. Pas uniquement pour les instruire, mais pour renforcer leur immunité psychologique. Au delà de la misère, reconnecter chacun à ses forces.

Son objet, tracté à la main, est un tableau noir à multiples panneaux, posé sur 4 roues. Lorsqu’on le déploie, il révèle des jeux et des enseignements. Les enfants peuvent ainsi s’exercer à écrire, mais aussi se découvrir.

Révéler, et non réhabiliter

L’objectif n’est pas de les réhabiliter ou de les « redresser », mais bien de les aider à se révéler et à comprendre les incroyables compétences que requiert leur survie urbaine. On leur parle de santé, de leurs droits, de relations sociales et d’entreprenariat. Car un cireur de chaussure est plus un entrepreneur qu’un enfant dans le besoin. Il faut donc lui parler comme tel.

50 000 enfants et jeunes adultes ont déjà ainsi flirté avec des concepts de psychologie pour éprouver le pouvoir qu’ils détiennent en eux-mêmes. Un par un, ils se redressent et apprennent à nommer leurs capacités. Au fur et à mesure de leurs rencontres avec ces jeunes, Arnoud et les ONG équipées de ces outils, ont isolé les quatre caractéristiques des plus vaillants:

un état d’esprit positif,

une agilité résiliente,

une créativité productive,

et une coopération compétitive.

L’intelligence de la rue

Une idée leur est alors venue pour financer ce programme : enseigner l’intelligence de la rue aux entreprises. Quelles sagesses inspirées par leur expérience peuvent servir aux cadres et contextes plus conventionnels ? Et le pari a pris. Plus de 20 000 personnes ont déjà suivi ces cursus. On y décrit ce que l’on retient de la compétition, de l’adversité, de la camaraderie et de la collaboration. Se boucle la boucle de l’intelligence échangée. A ceux qui n’ont rien, on apprend sur eux. A ceux qui ont tout, on apprend ce qui est indispensable. Un cercle vertueux.

Aujourd’hui, les 2 projets cherchent des participants, soit pour enseigner, soit pour apprendre. Nous avons tous quelque chose à offrir ; le partager contribue à notre estime personnelle. Tentés ?

www.mobileschool.org

www.streetwize.be

 

Continuer sur Psychologie Positive Magazine

 

A lire aussi

Ayurveda, là-bas

J’ai profité d’une conférence que je donnais à Bali pour me réfugier quelques jours hors du monde : 5 ...

Depuis 6 ans, ma tête était en ébullition et mes mains perdues. Et j'ai repris la broderie !

Mains perdues

Il y a 6 ans, je m’asseyais pour écrire 3 kifs par jour. Depuis, j’ai franchi des chaines de ...

Ce soir, je suis….

…d’excelllente humeur. Alors j’en profite pour vous dire tout le bien que je pense du livre de David Servan-Schreiber, ...

Commenter